Notices biographiques des artistes - Saison 2017-2018

Premier concert-Duos & Duels / 8 octobre 2017 

Valérie Milot, harpiste

 

Initiée très tôt à la musique, Valérie choisit la harpe à l’âge de 10 ans suite à quelques années de piano. Si aux premiers abords, la harpe évoque romantisme et délicatesse, Valérie y sentira plutôt vibrer l’énergie du lion.   Jeune adulte, elle choisit de s’y consacrer entièrement pour développer un jeu puissant et mettre en valeur la versatilité insoupçonnée de son instrument. Elle complètera sa formation aux Conservatoires de musique de Montréal et de Trois-Rivières, où elle est d’ailleurs professeure de harpe depuis 2015.

En 2008, Valérie obtient le Prix avec Grande Distinction au terme de ses études au Conservatoire et remporte le Prix d’Europe. Elle est d’ailleurs la première harpiste en presque 100 ans à remporter cette bourse qui lui a permis d’étudier à New York auprès de Rita Costanzi.   Plusieurs prix s’enchaînent par la suite : Révélation de l’année Radio-Canada, Prix d’interprétation au Concours International de harpe de la Cité des Arts de Paris, le prix Jeune Soliste des Radios Francophones Publiques, le prix Opus de la Découverte de l’année, le Prix des arts de la scène Louis-Philippe-Poisson de la Ville de Trois-Rivières, le Prix Trois-Rivières sans frontière pour son rayonnement à l’échelle nationale et internationale, ainsi que trois nominations au Gala l’Adisq.

Si elle a déjà pu faire résonner son instrument sur des scènes internationales et lors de prestigieux festivals, l’année 2016/17 la met définitivement à l’avant-plan, alors qu’elle a la chance de se produire à titre de soliste avec orchestre à plus de 20 reprises. Entre autres, Valérie est “Soliste en résidence” de l’Orchestre Métropolitain de Montréal pour cette saison avec qui elle offre une dizaine de concerts à la Maison Symphonique et en tournée sur l’île de Montréal aux côtés de Yannick Nézet-Seguin et Julian Kuerti. Parallèlement, Valérie poursuit une tournée de concerts au Québec avec Les Violons du Roy et le chef Mathieu Lussier (suite au succès de leur disque de concertos), en plus d’une tournée de l’ouest canadien avec le violoniste Antoine Bareil. Avec ce dernier, elle forme aussi un nouveau trio, complété par le violoncelliste Stéphane Tétreault.

Valérie a 7 disques à son actif sous étiquette Analekta. Son dernier opus, Orbis, repousse les frontières de son style. Ce projet lui a permis de regrouper ses précieux collaborateurs et d’oser un langage musical actuel. Un répertoire surprenant et des défis techniques prodigieux donnent à Orbis un parfum d’innovation rafraîchissant. Le spectacle accompagnant l’album fait vivre au spectateur une expérience autant pour les yeux que pour les oreilles, grâce au mariage de la musique et de l’art numérique.

 

Antoine Bareil, violoniste

Le violoniste Antoine Bareil s'est produit en concert dans plus d’une douzaine de pays. Diplômé du Conservatoire de musique de Trois-Rivières, boursier de la Fondation Wilfrid-Pelletier, grand gagnant aux Concours de musique du Canada, il s’est ensuite perfectionné à l'Université Mozarteum de Salzbourg en Autriche. En tant que soliste, il s’est exécuté devant les orchestres symphoniques de Drummondville, Halifax, Longueuil, Trois-Rivières, Saskatoon, Sudbury, l’Orchestre Métropolitain de Montréal et l’Aspekte Ensemble für Neue Musik de Salzbourg. Il a joué les oeuvres de Philip Glass et Karlheinz Stockhausen devant les réputés compositeurs, notamment le fameux Helicopter Quartet du défunt compositeur allemand. Il a signé la musique de quelques courts métrages produits par l’Office national du film du Canada; arrangeur singulier, ses réalisations sont jouées et enregistrées entre autres par Alain Lefèvre, La Sinfonia de Lanaudière et Angèle Dubeau & La Pietà. Musicien polyvalent, on peut l'entendre sur une cinquantaine d’albums de styles très variés, dont quatre avec la harpiste Valérie Milot. Il est membre de Quartango, violon solo de l’Orchestre symphonique de Laval et joue régulièrement avec les Violons du Roy. Il a remporté plusieurs prix dont le Juno Award du meilleur album instrumental en 2015 pour “Encuentro” de Quartango. Antoine Bareil joue sur un violon Vuillaume et un archet Voirin prêtés par Canimex. 

 

Deuxième concert-Dialogues / 5 novembre 2017

 

 

Stéphane Fontaine, clarinettiste

Stéphane Fontaine occupe le poste de clarinette solo de l'Orchestre symphonique de Québec depuis 2004. Il a étudié au Conservatoire de musique de Québec de 1993 à 2002 dans la classe de Marie Picard. Au concours de sortie, les membres du jury lui ont décerné à l'unanimité deux prix avec la mention « grande distinction », dans les disciplines interprétation et musique de chambre. Par la suite, il se perfectionne deux années à l'université DePaul de Chicago auprès de Larry Combs, clarinette solo de l’Orchestre symphonique de Chicago.

En 2004, Stéphane Fontaine remporte le troisième prix du Concours International de clarinette Dos Hermanas en Espagne, où il se fait remarquer par les légendaires Karl Leister et Walter Boykens. Il est demi-finaliste au concours Carl-Nielsen au Danemark en 2005. En 2002, il reçoit le prix pour la meilleure interprétation d'une oeuvre canadienne lors du Prix d'Europe. Il est également récipiendaire du premier prix du Concours de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières en 2001.

Son exécution du Concerto pour clarinette de Mozart avec l'OSQ lui a valu à plusieurs reprises les éloges de la critique. En 2008, il s'est d'ailleurs vu attribué la plus haute mention au concours AudiMozart en Italie à la suite de son interprétation de cette oeuvre.

Comme chambriste, Stéphane Fontaine s'est produit à Washington, avec l'ensemble Ulysse et à Chicago avec le Chicago Chamber Orchestra, ainsi qu'au Québec et en France avec le trio Frontenac, le quatuor Cartier et le trio du Nouveau Monde. En récital, il collabore depuis 2006 avec l'excellent pianiste, François Zeitouni. Il est aussi membre fondateur du trio d’anches Ventus operandi. Il tient une série de concerts intitulée «Dans un salon près de chez vous», dans sa demeure, pour le plaisir des petits et grands.

M. Fontaine est boursier de plusieurs organismes, dont la fondation Vin Art International, le Fonds Québécois de recherche sur la société et la Culture (FQRSC), le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Conservatoire de musique de Québec.

Il est depuis 2012, clarinette solo de l’Ensemble Vents et Percussions de Québec. Il s’intéresse également à la musique klezmer et à l’improvisation. En février dernier, il était soliste invité de l’ensemble I Musici, sous la direction de Jean-Marie Zeitouni, pour interpréter l’oeuvre pour clarinette klezmer et ensemble à cordes, Dreams and prayers of Isaac the Blind du compositeur O. Golijov.
En complément de ses activités musicales, tout en nourrissant ses aspirations artistiques, il suit une formation théâtrale, depuis 2007, auprès du Théâtre de recherche le Contre-Courant et LeThal (Le Théâtre de l’homme Actor’s Laboratorium).
M. Fontaine enseigne actuellement à l’Université Laval et est artiste pour le fabriquant de clarinettes, Buffet-Crampon. 

 

Nathalie Tremblay, pianiste

Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes les plus importantes de sa génération. Une artiste dotée d’un remarquable touché, « mâtiné d’un instinct dramatique d’une lumineuse efficacité ». Que ce soit comme soliste ou chambriste, elle met sa maîtrise sonore au service d’un répertoire allant de l’époque baroque à nos jours. Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay débute le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, où elle s’était déjà perfectionnée, parallèlement à ses études, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer et Jacynthe Couture, elle poursuivra sa formation auprès d’André Laplante à New York, Ricardo Brengola en Italie et Jean Saulnier à Montréal. Elle a aussi eu des cours en composition avec Yannick Plamondon. À l’automne 2010, elle est invitée à assister aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris. En 1995, deux de ses oeuvres, Promenade pour soprano et violon et Miniature pour soprano, piano et récitant, ont été créés à la Cité internationale des arts de Paris en 2008 et 2012. Guarda pour soprano et piano a été créé et interprété par Battista Acquaviva en avril 2014 au Musée de l’Amérique francophone à Québec. 

Lauréate du Concours de l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, on a pu l’entendre comme soliste avec le même orchestre ainsi qu’avec l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. On a pu l’entendre également en Suisse, en France, en Tunisie au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban, en Syrie (Festivals de la francophonie en 2006) et au Canada. Elle joue à 4 mains avec le pianiste Hugues Cloutier. Elle accompagne régulièrement des chanteurs invités aux Poètes de l’Amérique française, est accompagnatrice ou chambriste dans des événements spéciaux et est entendue à plusieurs reprises sur les ondes de la Radio de Radio-Canada.

Elle a aussi joué au piano, au célesta et à l’orgue comme surnuméraire à l’OSQ. Elle a joué une création de Cod.Act avec l’OSQ, oeuvre suisse où la pianiste devient chef d’orchestre en indiquant aux musiciens quand et comment jouer, par un dispositif lumineux (PHO:TON).

De plus, elle a été membre de jury dans plusieurs concours au Québec.

Nathalie Tremblay a été plusieurs fois boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada. Elle occupe le poste de directrice générale et artistique des Concerts Couperin. Elle enseigne le piano au département de musique du Collège Jésus-Marie de Sillery.


Troisième concert-Mathieu et ses influences / 25 février 2018

 

Jean-Michel Dubé, pianiste

Lauréat du Prix Pierre Mantha ainsi que du Prix John Newmark décerné à l'un des gagnants dont les qualités musicales et esthétiques ont retenu l'attention du jury lors de la 105è édition du Prix d'Europe en juin 2016, Jean-Michel Dubé se distingue comme un pianiste canadien des plus prometteurs.

Depuis 2012, il fut successivement récipiendaire du Grand Prix tous instruments confondus au Concours de Musique du Canada, au Concours Clermont-Pépin, au Concours Pierre-de-Saurel, au Festival de musique du Royaume, au Concours de musique de la Capitale ainsi qu’au  Concours de musique Hélène-Roberge où il a également obtenu le Prix du public. Finaliste au Prix d'Europe 2014, il reçut le Prix Monik Grenier pour la meilleure interprétation d'une œuvre québécoise, Jeux dans l’Espace d’Alain Gagnon.

En tant que soliste on a pu l'entendre avec l'Orchestre Appassionata sous la direction de Daniel Missyk, avec l'Orchestre du Concours de musique du Canada sous la direction de Uri Mayer et avec l'Orchestre Philharmonia Mundi de Montréal, sous la direction de Jean-Pascal Hamelin. Il a également joué avec les Violons du Roy en février 2017.

Au printemps 2016, il a enregistré l'intégrale des œuvres pour piano du compositeur québécois André Mathieu, sous étiquette Société métropolitaine du disque Espace XXI avec l’appui de l’Aramusique. Ce disque constitue une première mondiale, car l’intégrale de ces œuvres pour piano n’a jamais été enregistrée auparavant. Cet enregistrement a été choisi CD découverte du mois de novembre 2016 par la revue Scena musicale.

Il travaille présentement à l’enregistrement d’un deuxième album rendu possible grâce au Grand Prix qu’il a remporté lors du Concours Pierre-de-Saurel 2016. S’étant illustré à maintes reprises dans les concours québécois et au Concours de musique du Canada, il envisage maintenant de participer à des concours internationaux. Il partage son temps entre la pratique de son instrument et l’enseignement. 

Son sens musical inné ainsi que sa technique lui ont valu plusieurs critiques élogieuses. « Il est un Van Cliburn en devenir. Il a exécuté son concerto en utilisant des variations techniques et un doigté remarquables. Son expression et sa technique étaient excellents. » (Nancy Snipper, Arts & Opinion). « Maîtrisant la technique, il a démontré un brio rythmique et une clarté impeccable. Par moments, ses doigts semblaient flotter sans aucun effort au-dessus du clavier et il a captivé l’assistance alors qu’il jouait avec enthousiasme et émotion ». (Genevieve P.M. Roy, site internet : Borderlessnorth.org). « Il a littéralement fait lever le plafond […], le jeune pianiste a interprété la partie solo avec une virtuosité diabolique. »

(Stanley Fefferman, site internet : Opusonereview).

Originaire de Cap-Santé au Québec, il a terminé ses études au Conservatoire de musique de Québec où il a obtenu un diplôme d’artiste, niveau maîtrise en 2014 avec la mention Distinction, ainsi qu’un diplôme de perfectionnement en 2015 sous la direction de Suzanne Beaubien-Lowe. Au fil des ans, il s'est perfectionné auprès de maîtres tels que Benedetto Lupo, Philippe Cassard, Michel Béroff, Stephen Kovacevitch, Till Felner, Jean-Philippe Collard, Jean Saulnier, Jacques Rouvier, Jane Coop, Jorge Luis Prats, et Jean-Paul Sevilla et André Laplante.


Quatrième concert-Par-dessus tout! / 29 avril 2018

Mélisande Corriveau, violiste

Spécialisée en interprétation de la musique ancienne, MÉLISANDE CORRIVEAU est saluée par la critique pour sa maîtrise musicale exceptionnelle. ''[Elle] est de cette nouvelle génération d’instrumentistes qui possède des capacités d'interprétation formidables et une grande connaissance des pratiques de l’époque...'' (Gramophone). La critique souligne son jeu virtuose, délicat et élégant, tout en sensibilité et raffinement, qui fait appel à un large éventail d’émotions, de couleurs et de textures sonores.

Habituée des grands festivals, elle enchaîne concerts, tournées et enregistrements tant en Amérique du Nord qu'en Europe où elle se produit régulièrement auprès de nombreux ensembles de renom. Elle est membre régulière de l'ensemble Masques, du consort de violes des Voix Humaines, de la Bande Montréal Baroque, de Sonate 1704 et de l'ensemble Les Boréades. Sa discographie comprend plus d’une quarantaine de titres sous étiquettes ATMA Classique, Analekta, Harmonia Mundi, Paradizo, Zig‐Zag Territoires et Alpha. Son récent disque Pardessus de viole, un enregistrement en duo avec le claveciniste Eric Milnes dédié au répertoire français du 18e siècle pour cet instrument, est récipiendaire d’un prix Opus, s’est hissé au palmarès des 10 meilleurs disques classiques de l’année de CBC Radio et fut élu disque de l'année par ICI Radio‐Canada (2016). Cet enregistrement est par ailleurs le fruit de recherches doctorales qu’elle a complétées avec honneurs en 2014, à l’Université de Montréal, faisant d’elle une des rares spécialistes au monde de cet instrument. Elle fut récipiendaire d’une prestigieuse bourse du gouvernement du Québec (FQRSH), soulignant son excellence académique et le caractère novateur de ses recherches.

Avec son partenaire Eric Milnes, elle assure la direction de L’Harmonie des saisons qu’ils ont fondé en 2010, ensemble qui s'est récemment valu le JUNO 2016, meilleur enregistrement canadien, musique classique vocale, pour leur disque Las Ciudades de Oro (Les Cités d'or).

 

Éric Milnes, claveciniste

ERIC MILNES a reçu les éloges de la critique des deux Amériques, de l’Europe et de l’Asie, qui a salué en lui l’un des chefs et clavecinistes les plus dynamiques, créatifs et irrésistibles de sa génération. Au cours des dernières saisons de concerts, il a dirigé L’Harmonie des saisons, dont il est le codirecteur fondateur, la Bande Montréal Baroque, l’Orchestre baroque de Seattle, le New York Baroque, l’Orchestre baroque de Portland, le New York Collegium et l’Orchestre symphonique national de Santiago, Chili.

On a pu l’entendre et le voir diriger du clavecin et de l’orgue dans le cadre de nombreux festivals à l’international tels qu’Utrecht, Regensburg, Potsdam, Bruge, Montreal Baroque, New York’s Mostly Mozart et Boston Early Music. Sa discographie comprend plus de 50 disques à titre de chef, de claveciniste et d’organiste. Il dirige l’enregistrement

de l’intégrale des cantates sacrées de J.S. Bach avec la Bande Montréal Baroque sur étiquette Atma Classique, qui fera paraître un septième volume sous peu. Récemment, le disque Las Ciudades de oro (Les Cités d’or), programme créé et dirigé par M. Milnes, s'est mérité le JUNO 2016 du meilleur enregistrement canadien, musique classique vocale et il s’est mérité un Opus pour le disque Pardessus de viole, un enregistrement en duo qu’il a réalisé avec la violiste Mélisande Corriveau. M. Milnes a enseigné à la Juilliard School of Music et à l’Université d’Hofstra, NY, ainsi qu’au Conservatoire de musique d’Oslo en Norvège.

 

________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notices biographiques des artistes - Saison 2016-2017

4e concert / Dimanche 12 mars à 14h30 2017
Chapelle du musée de l'Amérique francophone


L'incomparable sopraniste

Biographie de Fabrice di Falco, sopraniste      

Surnommé le « Farinelli créole », le Comédien/Chanteur, Fabrice di Falco est né en Martinique à Fort de France. Il entre au CNR de Boulogne-Billancourt (classe de Liliane Mazeron) dont il sortira en 1999 avec un Premier Prix à l'unanimité. Fabrice Di Falco possède une tessiture de sopraniste/counter-tenor avec laquelle il chante des arias pour castrats dans des festivals internationaux comme en Allemagne, Russie, Suède, Italie, Argentine, Afrique, Roumanie, Azerbaïdjan, Japon, aux Bermudes etc…

Son timbre particulier lui permet de chanter pour Sa Majesté la Reine du Danemark au palais de Fredensborg et pour Sa Majesté le Sultan Qaboos bin Saïd avec l'Orchestre omanais dans un programme Mozart dirigé par Russel Keable et Grant Llewelyn.

Les critiques musicaux saluent Fabrice di Falco pour la qualité de son timbre pur et l'éclectisme de ses programmes musicaux, du baroque au jazz, en passant par des Oeuvres contemporaines à la comédie musicale.

Fabrice di Falco utilise pour les opéras contemporains et modernes, la voix de sopraniste et celle de baryton et crée les rôles de Fougère dans l'opéra de Régis Campo Les Quatre Jumelles, Diouf dans Les Nègres de Michael Lévinas, et en 2011 La Métamorphose de M. Lévinas à l'Opéra de Lille. On le retrouve notamment avec Le Quatuor dirigé par Jean-Claude Camors au Trianon de Paris pour la Nuit des Musiciens, à l'Olympia de Paris aux côtés du saxophoniste Manu Dibango, au Cirque d'Hiver et à Bercy dans un spectacle musical des arts martiaux modernes, Le Souffle du Vent, et en juin 2012 au Palais des Congrès avec le Spectacle Deus Ex Machina...

Depuis 2010 il remporte un vif succès, lors de Festivals et Croisières Radio-Classique avec Madame Eve Ruggieri, dans des programmes en hommage au Prêtre Roux, Vivaldi. Fabrice di Falco a suscité des vocations de chanteurs, notamment le célèbre contre-ténor Philippe Jaroussky, qui confiait au journal Le Monde et au New-York Times qu’il avait choisi

sa voix en entendant le sopraniste martiniquais en concert. On peut les retrouver sur scène ensemble dans le disque et DVD de l'opéra Agrippine dirigé par Jean-Claude Malgoire en 2003.

Amoureux de la musique religieuse baroque, il enregistre deux disques en 2012 avec la claveciniste Hughette Gremy-Chauliac et les Organistes Ian Hockley et Laurent Jochum dans un programme spirituel, où il interprète le Stabat Mater de Vivaldi, le Salve Regina de Pergolèse et le Salve Regina d’Haendel.

Depuis 2011, il partage la scène avec le claveciniste et Pianiste Jean Rondeau lors de Concerts Baroques notamment à la Chapelle Royale de Versaillles et concerts JazzBarock avec le trio Note Forget the Project Nuit d'été dans le rôle d'Obéron qu'il à donné à L'Opéra de Nice et au Teatro Colon mis en scène par Paul-Emile Fourny. Il continuera l'été 2012 le spectacle sur la vie de Sainte-Cécile qu'il a créé en 2011 qui mélange théâtre, danse et opéra pour rendre hommage à la Patronne des Artistes .

Après avoir interprété en 2004 Les Nègres de Lévinas et en 2005 L'Upupa de Henze, on le retrouvera à Lyon en 2013 dans l'Opéra de Thierry Escaich.

Site : fabrice.difalco.online.fr


Biographie de Sylvain Barrette, claveciniste et organiste

 Né en 1958, Sylvain Barrette est détenteur d’un Premier Prix d’orgue et d’un Premier Prix de clavecin du Conservatoire de musique du Québec. Il est également diplômé de l’Université Concordia et de la Hochschule für Musik de Vienne. Il a pu compter parmi ses professeurs Noëlla Genest, Bernard et Mireille Lagacé, et Michael Radulescu. Il s’est distingué à des concours internationaux d’orgue à Toulouse (France) en 1983, à Payerne (Suisse) en 1984 et à Worcester (États-Unis) en 1985. Il a joué en récital au Canada, aux États-Unis, en France, en Italie, en Suisse, en Autriche, au Danemark et en Islande. Sylvain Barrette a été organiste à l’Église Notre-Dame-de-Lorette de Hull. Il est maintenant titulaire de l’orgue à Lauretteville.

Parallèlement à sa carrière de musicien, il s'est investi dans l'enseignement de la musique au primaire. Tout en privilégiant le chant choral, il a mis sur pied un programme intégrant

l'enseignement du violon et du violoncelle dans une école publique à Gatineau. Il a aussi enseigné la danse et s'est toujours efforcé de créer des liens entre la musique et les autres matières enseignées à l’école.

 

Biographie d'Alfred Marin, violiste

Alfred Marin est un musicien polyvalent. Il possède un baccalauréat en alto et une maîtrise en chant de l’Université Laval. De plus, il a à son crédit plus de vingt-cinq ans d’expérience comme chef de chœur. Depuis quelques années, il se consacre aussi à la viole de gambe.

En avril 1989, Alfred Marin a tenu le rôle de M. Dormons dans l’opérette Colas et Colinette  de Joseph Quenelles, produit par le Musée de la Civilisation et l’ensemble Nouvelle-France. Il compose, en février 1990, la Messe du Carnaval de Québec, laquelle fut enregistrée à Radio-Canada. À partir de 1991, Alfred Marin  a fait partie de plusieurs productions de l’ensemble Anonymus de Québec : O FortunaLe chant des Goliards et la Messe de Noël de Pérotin.

Dans les années 2000, c’est avec l’ensemble Stadakone qu’Alfred Marin donne plusieurs concerts comme violiste et chanteur soliste.

Alfred Marin Fut un des membres fondateurs de l’Ensemble Bernard Labadie qui allait devenir La Chapelle Québec.

Alfred Marin s’est longtemps consacré à la musique ancienne comme en témoignent trois disques chez ATMA :

AIRS DE COUR ET CHANSONS GALANTES ;   ATM 2 9714  octobre 1992

OYEZ LA NOUVELLE !                                          ATM 2 9718  octobre 1993

S’IL FAUT MOURIR MOURONS D’AMOUR !    ACD  2 2123  octobre 1996

Chez Disques XXI :

Duo MOULINIÉ : AIRS DE COUR                     XXI-CD 2 1517   février 2005

 

Julien Leleu, contrebassiste

Dès son plus jeune âge Julien Leleu baigne dans le monde de la musique, avec deux

parents passionnés. Il se forme à la pratique de la contrebasse classique dès l’âge de 6 ans

dans le Conservatoire Municipale de la ville de Rungis, dirigé par Laurent Goossaert,

professeur au CRD d’Evry et au pôle supérieur de Paris. Il joue à l’âge de 8 ans pour la

première fois en orchestre symphonique sous les conseils et la direction de Stéphane

Cardon, alors Chef d'Orchestre Associé de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse. Il

se perfectionne à la contrebasse classique dans la classe de Sylvain Courteix et approfondit

un répertoire de contrebasse à la fois en soliste et en musicien d’orchestre. Il joue dans

différentes formations orchestrales comme le Symphonia Pop Orchestra dirigée par

Constantin Rouits, l’ensemble instrumental de la région d’Anjou ou encore l’orchestre du

Théâtre de Rungis. La découverte du jazz apparait à l’âge de 16 ans auprès du pianiste Joël

Bouquet avec qui il va se former au rôle de contrebassiste jazz.

En parallèle de ses études musicales, il se forme à la gestion et au management de

l’entreprise à la prestigieuse université Paris Descartes. Il applique ses connaissances dans

la culture par l’intermédiaire de la compagnie les Frivolités Parisiennes où il a été assistant

de production pendant son cursus à l’université. Il est actuellement en formation d’expertise

comptable dans le cabinet d’audit et de conseil Ernst and Young à Paris.

Il entre en 2014 dans l’orchestre symphonique Paris Sciences et Lettres sous la direction de

Johan Farjot qui fait rayonner la musique dans différents pays comme la Chine, Israël,

l’Angleterre et l’Inde avec de grands solistes : Geneviève Laurenceau, Karol Beffa, Fabrice

di Falco, Raphaël Imbert, Guillaume Cornut, Ambroisine Bré, Baptiste Herbin…

En 2015, Il crée un duo contrebasse/harpe avec sa soeur Lucile Leleu avec laquelle il

remporte le deuxième prix de la catégorie jeune espoir en musique de chambre du

conservatoire du centre de Paris.

Il joue depuis 2015 dans l’orchestre du Bal Nègre, cet ensemble fondé par le pianiste et

financier Guillaume Cornut pour l’ouverture de son nouveau cabaret dans le 15ème

arrondissement : « le Bal Nègre », se spécialise dans la musique des années 1920 du grand

Paris. C’est dans cet ensemble qu’il rencontre le Sopraniste Fabrice di Falco.

Depuis juin 2016 le chanteur Fabrice di Falco lui confie le pupitre de contrebassiste au sein

du di Falco Quartet. En parallèle, ils montent ensemble un duo atypique mêlant la voix de ce

contre ténor à la voix de la contrebasse autour de thèmes baroques et jazz. Le duo « Les

contres » est né.

Ces deux amis vont proposer leurs talents dans différents contextes tel l’écrin intimiste de la

cave du 38 riv’ à Paris ou le majestueux château de Montceaux-les-Meaux… Ils jouent

dans des soirées privées en appartements à Paris, Lille, Tours, Rungis,... et dans des

Festivals en Guadeloupe, Martinique, Québec, Saint Malo…

En Janvier 2017 il est le contrebassiste sur le CD de Fabrice Di Falco chez Sony musique.

En 2017 verra le jour une saison de concerts en appartements organisée par « Les contres »

regroupant différents jeunes artistes aux avenirs prometteurs.

Fabrice di Falco et Julien Leleu ont pour principal intérêt la passion de la culture et essayent

de trouver ensemble l’équation optimale de cette gestion culturelle.

 

___________________

 

1er concert / 16 octobre 2016

ELINOR FREY, violoncelle

Virtuose et passionnée, fascinée par les origines du violoncelle et par le processus créatif de musiques nouvelles, la violoncelliste Elinor Frey joue avec une égale aisance aussi bien des instruments historiques que des instruments modernes. Elle a à son actif une feuille de route impressionnante: docteure en musique de l’Université McGill de Montréal, elle est également diplômée de la prestigieuse Juilliard School, ainsi que du Mannes College of Music de New York. Elle a bénéficié, en 2009-10, d’une bourse d’études de la Fondation Fulbright qui lui a permis d’étudier le violoncelle baroque avec le renommé Paolo Beschi en Italie, ainsi que des bourses du SSHRC et du Conseil des Arts du Canada en lien avec ses travaux sur la musique italienne, tant baroque que moderne, pour violoncelle solo.

En plus de sa carrière solo, Elinor Frey se produit régulièrement en concert avec plusieurs ensembles canadiens, comme l’Ensemble Caprice, Bradamante, Tafelmusik, The Society for New Music, Les Idées heureuses et le Theatre of Early Music.

Elle a cofondé l’ensemble Pallade Musica, qui a obtenu le premier prix de la Early Music America Baroque Performance Competition en 2012. Elle a également joué des concertos et des récitals et elle a donné des cours de maître de par le monde.

Son album baroque, La voce del violoncello, édité en 2013 par la maison belge Passacaille, a reçu des critiques très élogieuses. Le titre de son premier album, Dialoghi, sorti chez Yarlung Records en 2008, est emprunté à la pièce pour violoncelle seul que le compositeur Steven Stucky lui a dédiée.

La presse en parle…

«Ce programme est magique et l’expressivité et la maitrise absolue d’Elinor Frey est absolument remarquable.» — Tom Gibbs, Positive Feedback

«Quiconque est blasé d’entendre les célébrissimes suites pour violoncelle de Bach ne devrait pas manquer son prochain concert!» — Lev Bratishenko, Montreal Gazette

«Elinor Frey fait partie du cercle restreint de jeunes musiciens capables de faire chauffer un instrument ancien aussi bien que les instrumentistes dits modernes.» — John Terauds, Toronto Star

 

2e concert / 5 décembre 2016

À MAINS JOINTES

Biographie de Nathalie Tremblay, pianiste

Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes les plus importantes de sa génération. Une artiste dotée d’un remarquable touché, « mâtiné d’un instinct dramatique d’une lumineuse efficacité ».

Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay débute le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, où elle s’était déjà perfectionnée, parallèlement à ses études, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer et Jacynthe Couture, elle poursuivra sa formation auprès d’André Laplante à NewYork, Ricardo Brengola en Italie et Jean Saulnier à Montréal. En 1995, elle participe aux travaux dirigés par le compositeur Franco Donatoni, à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997, à Québec. À l’automne 2010, elle est invitée à assister aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris. Deux de ses oeuvres, Promenade pour soprano et violon et Miniature pour soprano, piano et récitant, ont té créés à la Cité internationale des arts de Paris en 2008 et 2012. Guarda pour soprano et piano a été créé et interprété par la chanteuses corse Battista Acquaviva en avril 2014 au Musée de l’Amérique francophone à Québec.

 

On a pu l’entendre également en Suisse, en France, en Tunisie au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban (festivals de la francophonie), en Syrie (2006) et au Canada. Nathalie Tremblay occupe le poste de directrice générale et artistique des Concerts Couperin. Elle enseigne au département de musique du Collège Jésus-Marie et au Centre musical Uni-Son.

 

La presse en parle…

«C’est avec beaucoup de sensibilité, soulignée avec la maîtrise technique impeccable de son instrument, que la pianiste Nathalie Tremblay a interprété deux oeuvres majeures pour piano du compositeur tchèque Leoš Janácek. »

(Venceslava Jarotkova, Info culture, Québec)

 

«...en parfaite harmonie ont dominé Préludes et Fugues de J.-S. Bach et D. Chostakovich. »

- Journal La Montagne, Beaumont, France

« Simple, vraie et humaine, c’est bien ce qu’est Nathalie Tremblay. » 

(Irène Brisson, Infopera,)

« Les notes de musique se sont envolées à tire d’aile du piano, où les doigts agiles de Nathalie Tremblay folâtraient ... de tendresse, de nostalgie et d’extase. »

- Journal La Montagne, 9 mars 2009 / Beaumont, France

« Elle était à l’aise...sobre et discrète, la pianiste était portée par une rare sensibilité. Elle jouait juste et bien. Et c’est ainsi qu’elle a pu saisir son public de l’Acropole de Carthage qui l’a écouté religieusement. »

- Z.A. Tunisia-today

 

Biographie de Hugues Cloutier, pianiste

Reconnu par la critique et par ses pairs pour sa sensibilité artistique et pour la richesse de ses interprétations musicales, Hugues Cloutier s’est taillé une place de choix parmi la jeune génération de pianistes.

Titulaire d’un doctorat en interprétation de l’Université de Montréal, Hugues Cloutier a travaillé sous la direction de Marc Durand. Il détient également le Prix avec grande distinction en piano et en musique de chambre du Conservatoire de musique du Québec, ainsi qu’un Premier prix en solfège et en dictée musicale. Au cours de ses études, il a reçu la médaille du Gouverneur Général pour les études post-secondaires, des bourses des fondations Vin-Art International et Wilfrid-Pelletier, des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, des bourses d’études du Fond québécois pour la recherche en société et culture ainsi que des bourses de perfectionnement au Centre d’Arts d’Orford où il a travaillé avec André Laplante et Jean-Paul Sévilla. C’est d’ailleurs auprès de ce dernier que Hugues Cloutier s’est perfectionné en France pendant 2 ans et demi.

Outre ces performances académiques, Hugues Cloutier a été lauréat de plusieurs concours de musique nationaux et internationaux. À son dossier s’ajoutent de nombreuses classes de maîtres auxquelles il a participé : Lazar Berman, Emanuel Ax, José Feghali, Michel Dalberto, Richard Raymond, etc.

Hugues Cloutier a donné plusieurs récitals au Canada et en France en tant que soliste, chambriste et accompagnateur. Il s’est aussi produit à quelques reprises à la télévision et à la radio.  Il enseigne au conservatoire de musique de Val-d’Or depuis 2011.

 

Biographie de Anne-Julie Caron, percussionniste
Anne-Julie Caron mène une carrière de soliste, de chambriste et de musicienne d’orchestre. Elle a amorcé ses études musicales à l’âge de quatre ans, en apprenant d’abord le piano. Elle a ensuite entrepris des études en percussion au Conservatoire de musique de Québec qu’elle a conclues en 2003, en recevant un Prix avec Grande Distinction accordé à l’unanimité. Elle s’est ensuite perfectionnée auprès de Nancy Zeltsman, Bogdan Bacanu et a eu l’honneur de travailler avec Keiko Abe.

Anne-Julie Caron a remporté le Prix Opus 2007 Découverte de l’année, le 2e Prix à l’International Marimba Competition à Linz en 2006 (Autriche) ainsi que deux des plus prestigieux concours canadiens soit : le Concours OSM Standard Life 2005 et le Prix d’Europe 2004. Elle a aussi remporté le 1er Prix de percussion (Prix Louis-Charbonneau) au Concours de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières en 2003.

Parmi les événements marquants de sa carrière figurent le lancement de son disque La rencontre sous étiquette Atma et des prestations au IV Festival Internacional de Percusión Tamborimba (Cali, Colombie), au Zeltsman Marimba Festival (Wisconsin, É.-U.), au Festival de Percussion PerKumania (Paris, France), au Festival Internacional de Marimbistas (Tuxtla Gutiérrez, Mexique), à PASIC (É.-U.), à Trinity Church (New York, É.-U.) et à de nombreux festivals canadiens (Ottawa, Lanaudière, Domaine Forget, Vancouver, Cool Drumming, Ideacity). Anne-Julie a joué à plusieurs reprises en duo avec le percussionniste Emmanuel Séjourné. Elle a aussi joué en solo avec différentes

 

formations dont l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre Métropolitain, les Violons du Roy, Thirteen Strings, l’Orchestre symphonique de Québec et l’Orchestre symphonique de Sherbrooke. Anne-Julie a effectué plusieurs tournées à travers le Canada notamment avec Prairie Debut et Atlantic Debut.

Conjointement à ses activités de soliste et chambriste, Anne-Julie Caron est active en tant que percussionniste d’orchestre depuis 2002. Elle travaille fréquemment avec l’Orchestre Symphonique de Québec et a joué avec plusieurs autres ensembles incluant l’Orchestre Symphonique de Montréal, les Violons du Roy et l’Orchestre Symphonique de Trois-Rivière. Professeure dévouée, Anne-Julie Caron a présenté des cliniques et des cours de maître notamment à PASIC (É.-U.), en France, en Colombie, au Mexique, à l’Université d’Indiana et dans la majorité des établissements universitaires canadiens.

Biographie de Jean-Luc Bouchard, percussionniste

Jean-Luc Bouchard débute sa formation musicale au Campus Notre-Dame-de-Foy où il se distingue autant dans le domaine de la musique classique que populaire. Par la suite, il entreprend des études universitaires en percussion classique dans la classe de M. Serge Laflamme où il obtient successivement un diplôme de baccalauréat en interprétation et une maîtrise en musique de chambre et orchestre. Parallèlement, son intérêt grandissant pour la recherche le conduit vers la musicologie. Sous la direction de M. Paul Cadrin, il complète une maîtrise en musicologie théorique dont le mémoire rend compte d’une recherche exhaustive sur les possibilités modulatoires associées au rythme.
En tant que musicien d’ensemble, il se produit dans différentes formations notamment l’Orchestre symphonique de Québec (depuis 2002) et l’Ensemble vent et percussion de Québec (depuis 2000). De plus, il participe activement à divers projets en tant que chambriste avec de nombreux ensembles tels que Erreur de type 27, Les Misérables, Histoire du soldat, l’Ensemble de cuivres de l’OSQ, l’ensemble de percussion HDTI, l’ensemble Bang, l’ensemble de percussion de l’Université Laval sans oublier les multiples chorales qu’il accompagne. Il affectionne tout particulièrement les ensembles de percussions, et d’ailleurs, il créera en 2010 un concert hommage consacré exclusivement au répertoire pour percussions de François Morel. On a put l’entendre aussi en tant que soliste dans la première canadienne de Carmina Crusis, pièce pour percussions, de Stanyslaw Moryto. 

Outre l’interprétation, l’enseignement de la musique occupe une grande partie de ses activités. Il enseigne la percussion dans les écoles de musique et écoles secondaires de la région. De 1999 à 2004, il enseigne la percussion et la théorie musicale au Camp Musical St-Alexandre et il y occupe le poste de directeur adjoint en 2003 et 2004. De 2002 à 2007, il enseigne l’analyse et l’écriture à l’Université Laval et au Cégep Ste-Foy. Depuis 2007, il enseigne la percussion à l’Université Laval. De plus, il est professeur de percussion au département de musique du Cégep de Ste-Foy depuis 2008.

Biographie de Roland Lepage, comédien et dramaturge

En 1949, à l'âge de vingt ans, il obtient une licence en lettres classiques de l'Université Laval. Roland Lepage fait ses premières armes en théâtre à Québec, avec Pierre Boucher et Paul Hébert. Après avoir étudié et travaillé en théâtre en France, il poursuit au Québec pendant plusieurs années une carrière d'acteur à la scène, à la radio et à la télévision, surtout dans des émissions pour la jeunesse; il joue notamment les rôles de Nimus dans « Ouragan », et de Monsieur Bedondaine dans « La Ribouldingue ». Outre ses pièces, il a écrit pour la télévision les séries « Marie Quat'Poches » et « La Ribouldingue », a collaboré à « Cœur aux poings », à « Marcus » et à « Nic et Pic », et il a signé des traductions et des transpositions de textes classiques et contemporains. En 1978, la traduction anglaise de sa pièce Le Temps d'une vie (In a Lifetime) permettait à l'auteur de remporter le prestigieux Prix Chalmers de la meilleure pièce canadienne. Il est récipiendaire du Prix Denise Pelletier. Il a été, de 1989 à 1993, le directeur artistique du Théâtre du Trident et poursuit depuis sa carrière d'acteur.

 

3e concert / 29 janvier 2017


Trio Ad Lib


Biographie de Garpard Daigle

Originaire de Lévis, Gaspard Daigle débuta ses études musicales au violon à l’âge de quatre ans avant de se tourner vers la contrebasse : en 2007, il était admis dans la classe de Jean Michon au conservatoire de musique de Québec. Par la suite, il eût l’occasion de se perfectionner auprès de grand maîtres tel François Rabbath, Paul Ellison et Ali Azdanfar lors de stages au Domaine Forget. En plus d’avoir pris part à l’Orchestre de la Francophonie en 2014 et à l’Orchestre du centre d’art d’Orford en 2016, il a eu l’occasion de jouer à plusieurs reprises au sein de l’OSQ. En 2015, il termine son concours en obtenant le prestigieux prix avec grande distinction et joue en tant que soliste avec l’orchestre du conservatoire de musique de Québec. Ayant un grand intérêt pour la création d’œuvres nouvelles, il a fait partie ces dernières années de la classe de création musicale du conservatoire de musique de Québec sous la direction de Yannick Plamondon et également de l’édition 2016 du Laboratoire de musique contemporaine de Montréal. Gaspard a obtenu en 2016 le poste de contrebasse solo à l’Orchestre symphonique de l’Estuaire.

 

Biographie de Jean-Sébastien Blais

Ariane Filion-Thériault, originaire de Rivière-du-Loup, a débuté l’apprentissage du piano à l’âge de 4 ans. Après avoir complété son 11ème degré du programme de l’école préparatoire de musique

Anna-Marie Globenski, elle poursuit ses études avec Michèle Royer au Cégep de Ste-

Foy. Elle a gagné le prix d’expression du Cégep de Ste-Foy ainsi que le concours Clermont Pépin en 2009. En 2010, elle entra au Conservatoire de musique de Québec dans la classe de

Suzanne Beaubien-Lowe. Au cours de ces années, elle a eu la chance de participer à des

classes de maître avec Lorraine Prieur, Alain Lefèvre, Angela Cheng, Jean-François Latour,

Maurice Laforest et André Laplante. Elle a aussi été finaliste dans plusieurs concours comme le Concours de musique du Canada, Concours de musique de la capitale et le Festival-concours du Bas-Saint-Laurent. Pendant son parcours, Ariane reçut de nombreuses bourses d’excellence pour souligner la grande qualité de son travail. En 2015, elle termina sa maîtrise au Conservatoire de musique de Québec en remportant son prix à l’unanimité. Ariane poursuit présentement ses études à l’Université Laval où elle remporta, à l’automne 2015, le prix de piano classique Gérard-Boivin.

 

Biographie de Ariane Filion-Thériault

Ariane Filion-Thériault, originaire de Rivière-du-Loup, a débuté l’apprentissage du piano à l’âge de 4 ans. Après avoir complété son 11ème degré du programme de l’école préparatoire de musique

Anna-Marie Globenski, elle poursuit ses études avec Michèle Royer au Cégep de Ste-

Foy. Elle a gagné le prix d’expression du Cégep de Ste-Foy ainsi que le concours Clermont Pépin en 2009. En 2010, elle entra au Conservatoire de musique de Québec dans la classe de

Suzanne Beaubien-Lowe. Au cours de ces années, elle a eu la chance de participer à des

classes de maître avec Lorraine Prieur, Alain Lefèvre, Angela Cheng, Jean-François Latour,

Maurice Laforest et André Laplante. Elle a aussi été finaliste dans plusieurs concours comme le Concours de musique du Canada, Concours de musique de la capitale et le Festival-concours du Bas-Saint-Laurent. Pendant son parcours, Ariane reçut de nombreuses bourses d’excellence pour souligner la grande qualité de son travail. En 2015, elle termina sa maîtrise au Conservatoire de musique de Québec en remportant son prix à l’unanimité. Ariane poursuit présentement ses études à l’Université Laval où elle remporta, à l’automne 2015, le prix de piano classique Gérard-Boivin.

 

4e concert / 12 mars 2017


L'incomparable sopraniste


Biographie de Fabrice di Falco, sopraniste      

Surnommé le « Farinelli créole », le Comédien/Chanteur, Fabrice di Falco est né en Martinique à Fort de France. Il entre au CNR de Boulogne-Billancourt (classe de Liliane Mazeron) dont il sortira en 1999 avec un Premier Prix à l'unanimité. Fabrice Di Falco possède une tessiture de sopraniste/counter-tenor avec laquelle il chante des arias pour castrats dans des festivals internationaux comme en Allemagne, Russie, Suède, Italie, Argentine, Afrique, Roumanie, Azerbaïdjan, Japon, aux Bermudes etc…

Son timbre particulier lui permet de chanter pour Sa Majesté la Reine du Danemark au palais de Fredensborg et pour Sa Majesté le Sultan Qaboos bin Saïd avec l'Orchestre omanais dans un programme Mozart dirigé par Russel Keable et Grant Llewelyn.

Les critiques musicaux saluent Fabrice di Falco pour la qualité de son timbre pur et l'éclectisme de ses programmes musicaux, du baroque au jazz, en passant par des Oeuvres contemporaines à la comédie musicale.

Fabrice di Falco utilise pour les opéras contemporains et modernes, la voix de sopraniste et celle de baryton et crée les rôles de Fougère dans l'opéra de Régis Campo Les Quatre Jumelles, Diouf dans Les Nègres de Michael Lévinas, et en 2011 La Métamorphose de M. Lévinas à l'Opéra de Lille. On le retrouve notamment avec Le Quatuor dirigé par Jean-Claude Camors au Trianon de Paris pour la Nuit des Musiciens, à l'Olympia de Paris aux côtés du saxophoniste Manu Dibango, au Cirque d'Hiver et à Bercy dans un spectacle musical des arts martiaux modernes, Le Souffle du Vent, et en juin 2012 au Palais des Congrès avec le Spectacle Deus Ex Machina...

Depuis 2010 il remporte un vif succès, lors de Festivals et Croisières Radio-Classique avec Madame Eve Ruggieri, dans des programmes en hommage au Prêtre Roux, Vivaldi. Fabrice di Falco a suscité des vocations de chanteurs, notamment le célèbre contre-ténor Philippe Jaroussky, qui confiait au journal Le Monde et au New-York Times qu’il avait choisi

sa voix en entendant le sopraniste martiniquais en concert. On peut les retrouver sur scène ensemble dans le disque et DVD de l'opéra Agrippine dirigé par Jean-Claude Malgoire en 2003.

Amoureux de la musique religieuse baroque, il enregistre deux disques en 2012 avec la claveciniste Hughette Gremy-Chauliac et les Organistes Ian Hockley et Laurent Jochum dans un programme spirituel, où il interprète le Stabat Mater de Vivaldi, le Salve Regina de Pergolèse et le Salve Regina d’Haendel.

Depuis 2011, il partage la scène avec le claveciniste et Pianiste Jean Rondeau lors de Concerts Baroques notamment à la Chapelle Royale de Versaillles et concerts JazzBarock avec le trio Note Forget the Project Nuit d'été dans le rôle d'Obéron qu'il à donné à L'Opéra de Nice et au Teatro Colon mis en scène par Paul-Emile Fourny. Il continuera l'été 2012 le spectacle sur la vie de Sainte-Cécile qu'il a créé en 2011 qui mélange théâtre, danse et opéra pour rendre hommage à la Patronne des Artistes .

Après avoir interprété en 2004 Les Nègres de Lévinas et en 2005 L'Upupa de Henze, on le retrouvera à Lyon en 2013 dans l'Opéra de Thierry Escaich.

Site : fabrice.difalco.online.fr


Biographie de Sylvain Barrette, claveciniste et organiste

 Né en 1958, Sylvain Barrette est détenteur d’un Premier Prix d’orgue et d’un Premier Prix de clavecin du Conservatoire de musique du Québec. Il est également diplômé de l’Université Concordia et de la Hochschule für Musik de Vienne. Il a pu compter parmi ses professeurs Noëlla Genest, Bernard et Mireille Lagacé, et Michael Radulescu. Il s’est distingué à des concours internationaux d’orgue à Toulouse (France) en 1983, à Payerne (Suisse) en 1984 et à Worcester (États-Unis) en 1985. Il a joué en récital au Canada, aux États-Unis, en France, en Italie, en Suisse, en Autriche, au Danemark et en Islande. Sylvain Barrette a été organiste à l’Église Notre-Dame-de-Lorette de Hull. Il est maintenant titulaire de l’orgue à Lauretteville.

Parallèlement à sa carrière de musicien, il s'est investi dans l'enseignement de la musique au primaire. Tout en privilégiant le chant choral, il a mis sur pied un programme intégrant

l'enseignement du violon et du violoncelle dans une école publique à Gatineau. Il a aussi enseigné la danse et s'est toujours efforcé de créer des liens entre la musique et les autres matières enseignées à l’école.

 

Biographie d'Alfred Marin, viole de gambe 

 

Alfred Marin est un musicien polyvalent. Il possède un baccalauréat en alto et une maîtrise en chant de l’Université Laval. De plus, il a à son crédit plus de vingt-cinq ans d’expérience comme chef de chœur. Depuis quelques années, il se consacre aussi à la viole de gambe.

En avril 1989, Alfred Marin a tenu le rôle de M. Dormons dans l’opérette Colas et Colinette  de Joseph Quenelles, produit par le Musée de la Civilisation et l’ensemble Nouvelle-France. Il compose, en février 1990, la Messe du Carnaval de Québec, laquelle fut enregistrée à Radio-Canada. À partir de 1991, Alfred Marin  a fait partie de plusieurs productions de l’ensemble Anonymus de Québec : O FortunaLe chant des Goliards et la Messe de Noël de Pérotin.

Dans les années 2000, c’est avec l’ensemble Stadakone qu’Alfred Marin donne plusieurs concerts comme violiste et chanteur soliste.

Alfred Marin Fut un des membres fondateurs de l’Ensemble Bernard Labadie qui allait devenir La Chapelle Québec.

Alfred Marin s’est longtemps consacré à la musique ancienne comme en témoignent trois disques chez ATMA :

AIRS DE COUR ET CHANSONS GALANTES ;   ATM 2 9714  octobre 1992

OYEZ LA NOUVELLE !                                          ATM 2 9718  octobre 1993

S’IL FAUT MOURIR MOURONS D’AMOUR !    ACD  2 2123  octobre 1996

Chez Disques XXI :

Duo MOULINIÉ : AIRS DE COUR                     XXI-CD 2 1517   février 2005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notices biographiques des artistes - Saison 2015-2016

4e concert

 

Voix nouvelles  
Avec Hugo Laporte, baryton (1er prix OSM 2014)

Marie-Andrée Mathieu, mezzo-soprano colorature
Jean-François Mailloux, pianiste


Hugo Laporte, baryton

Hugo Laporte est Grand Lauréat du Concours OSM Standard Life 2014, lauréat des Jeunes ambassadeurs lyriques 2015 et lauréat du premier prix au Concours de musique du Canada 2014

Hugo interprète en ce moment le rôle du Geôlier dans Tosca de Puccini à l’Opéra de Québec. Il chantait le 14 avril dernier en concert sous la direction de Maestro Roger Norrington avec l'Orchestre Symphonique de Montréal. En mars, il interprétait Bonafede dans Il mondo della luna de Haydn, avec l’Atelier d’opéra et l’orchestre symphonique de la Faculté de musique de l’Université Laval. Il a aussi chanté comme soliste au concert gala du Concours de musique du Canada avec l’Orchestre symphonique de Québec au Palais Montcalm.

Les prochains engagements d'Hugo Laporte en 2015- 2016 incluent le rôle du Dancaïre dans Carmen de Bizet, et celui du Médecin dans Pélléas et Mélisande de Debussy, tous les deux sous la direction de Maestro Kent Nagano et l'Orchestre Symphonique de Montréal. Il sera soliste-baryton pour le Requiem Allemand de Brahms avec l’Orchestre Symphonique des Jeunes et le Chœur classique de Montréal, sous la direction de Louis Lavigueur, à la Maison symphonique. Il chantera également avec le Youth Orchestra of the Americas sous la direction artistique de Placido Domingo. Il participera au «Grand Concert à l’Opéra» du FestivalOpéra de Saint-Eustache, le mettant en vedette. Hugo présentera le 8 août prochain un récital dans le cadre de la Virée classique 2015 de l’Orchestre symphonique de Montréal.

Il chantera aussi prochainement avec le Newfoundland Symphony Orchestra, avec l'Orchestre Symphonique de Gatineau et avec l’Orchestre du Centre National des Arts. Hugo étudie le chant sous la direction de Patricia Fournier.

 

Marie-Andrée Mathieu, mezzo-soprano colorature

Appréciée pour son « timbre de voix somptueux et enveloppant » et pour ses « vocalises d'une précision remarquable », la mezzo-soprano Marie-Andrée Mathieu est une jeune artiste à l’avenir très prometteur. Parmi ses prochains engagements en 2015 figure le rôle de Nicklausse dans Les Contes d'Hoffmann avec l'Opéra-Théâtre de Rimouski. Elle fera également partie de la  5e édition du Festival d'Opéra de Québec, en tant que membre de la Brigade lyrique et comme soliste lors du concert "Rossini à l'apéro". Elle se produira aussi pour Tempêtes et Passions à l’occasion du Grand concert romantique annuel qui aura pour thème "L’Égypte à l’opéra". Elle est demi-finaliste du Concours OSM Standard Life 2014, récipiendaire du premier prix du concours d’art lyrique de la Relève Musicale de Québec et de la première place au concours solo avec orchestre de l’Université Laval. Elle a récemment participé au prestigieux concours musical international Reine-Élisabeth de Belgique. Dernièrement, on a pu la voir incarner Junon dans l’opéra Actéon de Marc-Antoine Charpentier avec la Compagnie Baroque Mont-Royal à Montréal. Elle a aussi interprété la sorcière magicienne dans Didon et Enée de Purcell, ainsi que dans le Lamento della ninfa de Monteverdi, de concert avec l’atelier de musique baroque de l’Université Laval. Elle a aussi chanté le « Pie Jesu » du Requiem de Maurice Duruflé à la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec, et des airs d’opéra variés avec l’orchestre symphonique de l’Université Laval, sous la direction du chef Airat Ichmouratov. Originaire de Québec, Marie-Andrée Mathieu détient une maîtrise en interprétation du chant classique de l’Université Laval, qu’elle a obtenue avec une mention spéciale pour l’excellence de ses résultats. Elle a également terminé ses études de premier cycle en remportant la bourse Patricia Poitras pour la meilleure note à son récital de fin de baccalauréat. Elle a étudié avec la soprano Patricia Fournier, avec qui elle se perfectionne toujours. Parmi d’autres coachs vocaux, elle a eu l’opportunité de participer à une classe de maître donnée par Natalie Dessay. Elle est aussi formée en piano classique (école préparatoire de musique de l’Université Laval) et en guitare classique (diplôme d’études collégiales, Cégep de Sainte-Foy), mais le chant lui est apparu comme étant le moyen le plus naturel et instinctif de s’exprimer. Depuis ses débuts sur scène en 2008, elle a interprété une grande variété de styles musicaux, incluant la musique brésilienne, le jazz et la chanson française. Parmi d’autres projets, elle collabore avec  l’ensemble de musique ancienne Terra Nova et est la chanteuse principale de l’ensemble La Virevolte.


Jean-françois Mailloux, piano

Jean-François Mailloux est natif de Normandin au Lac St-Jean. Titulaire d’un baccalauréat en interprétation piano dans la classe de Joël Pasquier, d’une maîtrise en interprétation (accompagnement et musique de chambre) sous la direction d’Arturo Nieto-Dorantes, Jean-François Mailloux a terminé une seconde maîtrise en interprétation, profil soliste, à la Faculté de musique de l’Université Laval en septembre 2007. Il a également participé à des cours de maîtres en compagnie de pianistes de renom tels: Marc Durand, Janina Fialkowska, Angela Hewitt, André Laplante et en formation de musique de chambre avec le Quatuor Arthur-Leblanc et la violoniste américaine Leila Josefowicz. Il a de plus participé en 2008 et 2009 au Festival d’Art Vocal Opera Nuova à Edmonton en Alberta où il a travaillé sous la supervision des pianistes Michael McMahon, Laura Loewen, Kathleen Gable et Kinza Tyrrell et sous la direction musicale de Rosemary Thompson.

En 2005 et en 2006, il recevait la bourse Marc-André Hamelin. Cette bourse de la Faculté de musique est remise à chaque année à un ou une pianiste de la Faculté, inscrit à la Maîtrise en musique et ayant obtenu la meilleure note lors des examens instrumentaux de fin de session.

Jean-François est pianiste accompagnateur à la Faculté de musique de l’Université Laval depuis septembre 2006. Il accompagne les studios de chant, de cordes, de cuivres et l’atelier de jeu scénique d’opéra. Il est également responsable, pianiste, organiste et soliste ténor pour la Relève Musicale du Chœur de la Paix sous la direction de M. Reynald Lavoie. Il participe également à la session d’Art vocal au Camp Musical du Saguenay-Lac-St-Jean à Métabetchouane depuis 2006 à titre de pianiste répétiteur.

 

 

 

3e concert / Voix sacrée de la montagne avec Xinarca / Dimanche 6 mars 2016 à 14h30

Xinarca et sa cetera (cistre corse)

Xinarca a appris la guitare classique et le solfège de façon académique.

En revanche, c’est nourri de ses racines corses qu’il apprend le « Cantu Nustrale » (chant corse sacré et de montagne de tradition orale) par imprégnation hors de toute structure scolaire, au contact de chanteurs sans aucune formation académique ni connaissance du solfège.

Conjointement il se voit transmettre par son Grand Oncle François Agostini, guitariste et ancien directeur artistique de l’Opéra de Paris, la Cètera d’Oletta, cet unique cistre corse d’époque actuellement joué, âgé de plus de 200 ans.

Ni tradition écrite ni tradition orale pour cet instrument disparu au début du XXème siècle. Xinarca prend alors à cœur de recomposer un répertoire pour la cètera soliste et en accompagnement de la voix monodique dans la tradition du « Cantu à Voce Rivolta » (Chant corse à pleine voix issu de la façon qu’ont les bergers de porter la voix en Montagne).

 

Depuis une décennie, Xinarca se consacre entièrement aux concerts qu’il donne en France et à l’Étranger, principalement dans les églises (plus de 500 à ce jour), ainsi qu’à la transmission par des stages et des interventions scolaires.

Il compose occasionnellement pour le théâtre, pour des spectacles de mime et de poésie. 


«Mes sources sont les chants sacrés ainsi que les chants de montagne (Cantu Sacru et Cantu Nustrale) et, en amont des sources, les sons, les appels, les silences, les stations, les contemplations, les bêtes, la façon de porter la voix de l'homme en montagne id est des anciens bergers. Ce n'est guère le chant "mare è sole" des années 50-60 qui me guide, mais plutôt l'invocation de la nature brute dans toute sa majesté et l'intériorité religieuse de l'homme au coeur du mystère de la Création. Une recherche de l'archaïque et du sacré à travers le chant profond et des compositions qui ne tendent pas à être fidèles à la Tradition dans sa forme, mais dans sa source, dans son énergie, son mystère primitif et sa puissance magique et incantatoire. Le "religere" de l'homme aux hommes et à la nature».

1er concert / Tout bas

 

Raphaël Dubé, violoncelliste

Membre des Violons du Roy depuis 2008, le violoncelliste Raphaël Dubé se produit reacute;gulièrement en concert, ici comme à l'étranger. Il aborde avec la même passion le répertoire de toutes les époques et ses activités artistiques sont très diversifiées. On a pu l'entendre comme soliste notamment avec Les Violons du Roy et l’Orchestre national des jeunes du Canada. Récemment, il a pris part aux festivals du Bic et de Sackville comme chambriste. Dès son plus jeune âge, Raphaël a su qu'il voulait devenir musicien. Ses principaux professeurs furent Monique et Walter Joachim, Carole Sirois et Timothy Eddy. Avant de joindre Les Violons du Roy, il a été membre du New World Symphony pour la saison 2007-2008.

 

Benoît Loiselle, violoncelliste

Violoncelle-solo de l’ensemble Les Violons du Roy, Benoit Loiselle poursuit également une carrière de soliste et de chambriste. Il est invité régulièrement à se produire dans plusieurs festivals et centres musicaux du Canada, et comme soliste avec divers orchestres.

Au sein des Violons du Roy depuis 2002, il se produit régulièrement à Québec et à Montréal, mais aussi dans les grands centres musicaux d’Amérique et d’Europe tels le Carnegie Hall de New-York, le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles, le Concertgebouw d’Amsterdam et la Philharmonie de Berlin. Il a aussi participé comme soliste au disque Piazzolla qui a remporté un prix Juno. Il compte parmi ses professeurs Denis Brott et Antonio Lysy à Montréal ainsi que les regrettés Radu Aldulescu et Alberto Lysy en Europe. Benoit Loiselle est récipiendaire du Prix d’Europe 1999 décerné par l’Académie de Musique du Québec. Il a aussi bénéficié des nombreuses leçons avec Ferenc Rados, Boris Pergamenchikow et Steven Doane à l’I.M.S. Prussia Cove, Cornwall. En plus de ses activités de concertiste, Benoit Loiselle enseigne à l’Académie d’été du Domaine Forget depuis 2008. Il joue avec un archet de Lamy prêté généreusement par Canimex Inc.

 

Raphaël McNabney, contrebassiste

Raphael McNabney eut le privilège de naître dans une famille de musiciens à Montréal en 1982. Il a débuté son éducation musicale dès l’âge de 7 ans au violoncelle, instrument qu’il a pratiqué jusqu’à l'âge de quatorze ans avec, entre autres, Monique et Walter Joachim.

Après un triste arrêt de six ans, c'est une rencontre décisive avec Joël Quarrington qui a permis à Raphaël de renouer avec son amour pour la musique, cette fois-ci à travers la contrebasse. Après des études intensives, il débute rapidement une carrière de chambriste et de soliste avant de remporter, en juin 2007, le poste de contrebassiste solo aux Violons du Roy. Depuis, il est de plus en plus actif et a le plaisir de collaborer avec plusieurs artistes de renom.

 

2e concert / Réfection intime – Piano à 4 mains

Nathalie Tremblay, pianiste

Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes les plus importantes de sa génération. Une artiste dotée d’un remarquable touché, « mâtiné d’un instinct dramatique d’une lumineuse efficacité ».

Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay débute le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, où elle s’était déjà perfectionnée, parallèlement à ses études, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer et Jacynthe Couture, elle poursuivra sa formation auprès d’André Laplante à NewYork, Ricardo Brengola en Italie et Jean Saulnier à Montréal. En 1995, elle participe aux travaux dirigés par le compositeur Franco Donatoni, à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997, à Québec. À l’automne 2010, elle est invitée à assister aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris. Deux de ses oeuvres, Promenade pour soprano et violon et Miniature pour soprano, piano et récitant, ont té créés à la Cité internationale des arts de Paris en 2008 et 2012. Guarda pour soprano et piano a été créé et interprété par la chanteuses corse Battista Acquaviva en avril 2014 au Musée de l’Amérique francophone à Québec.

On a pu ’entendre également en Suisse, en France, en Tunisie au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban, en Syrie dans des festivals de la francophonie et au Canada. Nathalie Tremblay occupe le poste de directrice générale et artistique des Concerts Couperin. Elle enseigne le piano à Québec.

 

Citations

« ...en parfaite harmonie ont dominé Préludes et Fugues de J.-S. Bach et D. Chostakovich. »

- Journal La Montagne, Beaumont, France

« Les notes de musique se sont envolées à tire d’aile du piano, où les doigts agiles de Nathalie Tremblay folâtraient ... de tendresse, de nostalgie et d’extase. »

- Journal La Montagne, Beaumont, France

« Elle était à l’aise...sobre et discrète, la pianiste était portée par une rare sensibilité. Elle jouait juste et bien. Et c’est ainsi qu’elle a pu saisir son public de l’Acropole de Carthage qui l’a écouté religieusement. »

- Z.A. Tunisia-today,

 

Hugues Cloutier, pianiste

Reconnu par la critique et par ses pairs pour sa sensibilité artistique et pour la richesse de ses interprétations musicales, Hugues Cloutier s’est taillé une place de choix parmi la jeune génération de pianistes.

Titulaire d’un doctorat en interprétation de l’Université de Montréal, Hugues Cloutier a travaillé sous la direction de Marc Durand. Il détient également le Prix avec grande distinction en piano et en musique de chambre du Conservatoire de musique du Québec, ainsi qu’un Premier prix en solfège et en dictée musicale. Au cours de ses études, il a reçu la médaille du Gouverneur Général pour les études post secondaires, des bourses des fondations Vin-Art International et Wilfrid-Pelletier, des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, des bourses d’études du Fond québécois pour la recherche en société et culture ainsi que des bourses de perfectionnement au Centre d’Arts d’Orford où il a travaillé avec André Laplante et Jean-Paul Sévilla. C’est d’ailleurs auprès de ce dernier qu’Hugues Cloutier s’est perfectionné en France pendant 2 ans et demi.

Outre ces performances académiques, Hugues Cloutier a été lauréat de plusieurs concours de musique nationaux et internationaux. À son dossier s'ajout de

 nombreuses classes de maîtres auxquelles il a participé : Lazar Berman, Emanuel Ax, José Feghali, Michel Dalberto, Richard Raymond, etc.

Hugues Cloutier a donné plusieurs récitals au Canada et en France en tant que soliste, chambriste et accompagnateur. Il s’est aussi produit à quelques reprises à la télévision et à la radio.  Il enseigne au conservatoire de musique de Val-d’Or depuis 2011.

 

3e concert / Voix sacrée de la montagne avec Xinarca

Xinarca et sa cetera (cistre)

Xinarca a appris la guitare classique et le solfège de façon académique.

En revanche, c’est nourri de ses racines corses qu’il apprend le « Cantu Nustrale » (chant corse sacré et de montagne de tradition orale) par imprégnation hors de toute structure scolaire, au contact de chanteurs sans aucune formation académique ni connaissance du solfège..

Conjointement il se voit transmettre par son Grand Oncle François Agostini, guitariste et ancien directeur artistique de l’Opéra de Paris, la Cètera d’Oletta, cet unique cistre corse d’époque actuellement joué, âgé de plus de 200 ans.

Ni tradition écrite ni tradition orale pour cet instrument disparu au début du XXème siècle. Xinarca prend alors à cœur de recomposer un répertoire pour la cètera soliste et en accompagnement de la voix monodique dans la tradition du « Cantu à Voce Rivolta » (Chant corse à pleine voix issu de la façon qu’ont les bergers de porter la voix en Montagne).

 

Depuis une décennie, Xinarca se consacre entièrement aux concerts qu’il donne en France et à l’Étranger, principalement dans les églises (plus de 500 à ce jour), ainsi qu’à la transmission par des stages et des interventions scolaires.

Il compose occasionnellement pour le théâtre, pour des spectacles de mime et de poésie. 


Mes sources sont les chants sacrés ainsi que les chants de montagne (Cantu Sacru et Cantu Nustrale) et, en amont des sources, les sons, les appels, les silences, les stations, les contemplations, les bêtes, la façon de porter la voix de l'homme en montagne id est des anciens bergers. Ce n'est guère le chant "mare è sole" des années 50-60 qui me guide, mais plutôt l'invocation de la nature brute dans toute sa majesté et l'intériorité religieuse de l'homme au coeur du mystère de la Création. Une recherche de l'archaïque et du sacré à travers le chant profond et des compositions qui ne tendent pas à être fidèles à la Tradition dans sa forme, mais dans sa source, dans son énergie, son mystère primitif et sa puissance magique et incantatoire. Le "religere" de l'homme aux hommes et à la nature.

 

4e concert / Voix nouvelles avec Hugo Laporte, baryton (1er prix OSM 2014)

et Marie-Andrée Mathieu, mezzo-soprano colorature

Hugo Laporte, baryton

Hugo Laporte est Grand Lauréat du Concours OSM Standard Life 2014, lauréat des Jeunes ambassadeurs lyriques 2015 et lauréat du premier prix au Concours de musique du Canada 2014

Hugo interprète en ce moment le rôle du Geôlier dans Tosca de Puccini à l’Opéra de Québec. Il chantait le 14 avril dernier en concert sous la direction de Maestro Roger Norrington avec l'Orchestre Symphonique de Montréal. En mars, il interprétait Bonafede dans Il mondo della luna de Haydn, avec l’Atelier d’opéra et l’orchestre symphonique de la Faculté de musique de l’Université Laval. Il a aussi chanté comme soliste au concert gala du Concours de musique du Canada avec l’Orchestre symphonique de Québec au Palais Montcalm.

Les prochains engagements d'Hugo Laporte en 2015- 2016 incluent le rôle du Dancaïre dans Carmen de Bizet, et celui du Médecin dans Pélléas et Mélisande de Debussy, tous les deux sous la direction de Maestro Kent Nagano et l'Orchestre Symphonique de Montréal. Il sera soliste-baryton pour le Requiem Allemand de Brahms avec l’Orchestre Symphonique des Jeunes et le Chœur classique de Montréal, sous la direction de Louis Lavigueur, à la Maison symphonique. Il chantera également avec le Youth Orchestra of the Americas sous la direction artistique de Placido Domingo. Il participera au «Grand Concert à l’Opéra» du FestivalOpéra de Saint-Eustache, le mettant en vedette. Hugo présentera le 8 août prochain un récital dans le cadre de la Virée classique 2015 de l’Orchestre symphonique de Montréal.

Il chantera aussi prochainement avec le Newfoundland Symphony Orchestra, avec l'Orchestre Symphonique de Gatineau et avec l’Orchestre du Centre National des Arts. Hugo étudie le chant sous la direction de Patricia Fournier.

 

Marie-Andrée Mathieu, mezzo-soprano colorature

Appréciée pour son « timbre de voix somptueux et enveloppant » et pour ses « vocalises d'une précision remarquable », la mezzo-soprano Marie-Andrée Mathieu est une jeune artiste à l’avenir très prometteur. Parmi ses prochains engagements en 2015 figure le rôle de Nicklausse dans Les Contes d'Hoffmann avec l'Opéra-Théâtre de Rimouski. Elle fera également partie de la  5e édition du Festival d'Opéra de Québec, en tant que membre de la Brigade lyrique et comme soliste lors du concert "Rossini à l'apéro". Elle se produira aussi pour Tempêtes et Passions à l’occasion du Grand concert romantique annuel qui aura pour thème "L’Égypte à l’opéra". Elle est demi-finaliste du Concours OSM Standard Life 2014, récipiendaire du premier prix du concours d’art lyrique de la Relève Musicale de Québec et de la première place au concours solo avec orchestre de l’Université Laval. Elle a récemment participé au prestigieux concours musical international Reine-Élisabeth de Belgique. Dernièrement, on a pu la voir incarner Junon dans l’opéra Actéon de Marc-Antoine Charpentier avec la Compagnie Baroque Mont-Royal à Montréal. Elle a aussi interprété la sorcière magicienne dans Didon et Enée de Purcell, ainsi que dans le Lamento della ninfa de Monteverdi, de concert avec l’atelier de musique baroque de l’Université Laval. Elle a aussi chanté le « Pie Jesu » du Requiem de Maurice Duruflé à la Basilique Cathédrale Notre-Dame de Québec, et des airs d’opéra variés avec l’orchestre symphonique de l’Université Laval, sous la direction du chef Airat Ichmouratov. Originaire de Québec, Marie-Andrée Mathieu détient une maîtrise en interprétation du chant classique de l’Université Laval, qu’elle a obtenue avec une mention spéciale pour l’excellence de ses résultats. Elle a également terminé ses études de premier cycle en remportant la bourse Patricia Poitras pour la meilleure note à son récital de fin de baccalauréat. Elle a étudié avec la soprano Patricia Fournier, avec qui elle se perfectionne toujours. Parmi d’autres coachs vocaux, elle a eu l’opportunité de participer à une classe de maître donnée par Natalie Dessay. Elle est aussi formée en piano classique (école préparatoire de musique de l’Université Laval) et en guitare classique (diplôme d’études collégiales, Cégep de Sainte-Foy), mais le chant lui est apparu comme étant le moyen le plus naturel et instinctif de s’exprimer. Depuis ses débuts sur scène en 2008, elle a interprété une grande variété de styles musicaux, incluant la musique brésilienne, le jazz et la chanson française. Parmi d’autres projets, elle collabore avec  l’ensemble de musique ancienne Terra Nova et est la chanteuse principale de l’ensemble La Virevolte.

 

 

Notices biographiques des artistes (2014-2015)

Musiciennes du 4eme concert / 8 mars 2015

Promenade au féminin

 Anne-Marie Calloni, soprano

Pianiste et organiste de formation, la Bastiaise Anne-Marie Calloni est titulaire de trois Prix au CNR de Saint Maur-des-Fossés et au CRR de Marseille (chant, musique de chambre et orgue). Elle est diplômée en clavecin, harmonie, basse continue, formation musicale et direction de choeur.

Elle poursuit sa formation au Conservatoire Royal de Bruxelles puis au Conservatoire Sainte Cécile de Rome. 

Elle étudie à Milan, avec Giovanna Canetti, à Rome avec le professeur Daniela de Marco, à Paris avec le chef de chant Janine Reiss. 

Elle se produit à Londres à l'Abbaye de Westminster, à Paris dirigée par Eric Lebrun et Jean-Pierre Ballon, à Lille, à Reims avec Pierre Mea, en Italie à Rome, Piombino, Bari, en Belgique à Bruxelles et en Corse ou elle participera plusieurs années de suite au Festival des Nuits Lyriques de Bastia.
Elle y interprète le rôle de la "Grande Sacerdotessa" (Aida de Verdi ), Frasquita (Carmen de Bizet) avec Sophie Pondjiclis et Lucie Roche et Adina (Elisir d'amore de Donizetti).
Dans le cadre des Rencontres Musicales de Méditerranée, elle chante au théâtre de Bastia accompagnée par l'orchestre symphonique dirigé par le chef d'orchestre Alessandro Bombonati et dans la création de l'oratorio "Lella" (Danielle Casanova ) de Joanna Bruzdowicz.

Elle chante au Théâtre de Sainte Thulle avec le ténor Luc Default, à Fontainebleau avec la pianiste Nadia Himo, au Festival de Santa Reparata avec Nathalie Tremblay, au festival Ponte Cultura avec Myranda Playfair, au festival international de musique sacrée de Marseille, à Londres avec le baryton Lancelot Nomura, au Théâtre National de Panama avec le baryton Ricardo Velasquez et al.


Catherine Dallaire, violoniste

Catherine Dallaire est diplômée du Conservatoire de Musique du Québec ou elle a obtenu deux Premiers Prix avec Grande Distinction en violon et en musique de chambre. Élève de Jean Angers durant toutes ces années au conservatoire, elle s’est également perfectionnée avec le regretté Lorand Fenyves au Banff Centre School of Fine Arts et a par la suite été boursière du Curtis Institute of Music de Philadelphie.

Lors de ses études, elle a remporté de nombreux prix et récompenses que ce soit pour les Concours de Musique du Canada, ou encore le Concours de l’orchestre symphonique de Québec. qui lui a décerné le deuxième Prix en 1986. À son retour des États-Unis, elle devient violon-solo de l’Orchestre des Jeunes du Québec et des Jeunes Virtuoses de Montréal. Elle est alors également soliste invitée des deux formations.

Membre des Violons du Roy depuis leur formation en 1984 jusqu’en 1992, elle y a occupé le poste de co-violon solo de 1990 à 1992. Elle a également fait avec cet ensemble une tournée en Belgique et participé au Mostly Mozart Festival du Lincoln Centre à New York en 2005. En 1992, on a pu l’apprécier en compagnie de Marc-André Hamelin dans le concerto pour violon et piano de Chausson.

Depuis son arrivée à l’Orchestre Symphonique de Québec à titre de violon-solo associé en 1988, elle est très active sur la scène musicale québécoise. Elle a donné de nombreux concerts et récitals au Festival International de Lanaudière, au Festival International d’été de Québec, au Mont Orford, au Domaine Forget , au Rendez-Vous Musical de Laterrière, etc., avec des artistes tels André Laplante, Anton Kuerti, Hatto Beyerle, Marc Grauwels, Martin Ostertag. Nombre de ces prestations ont été diffusées sur les ondes de Radio-Canada et de C.B.C.

Catherine Dallaire a également été soliste de l’Orchestre Symphonique de Québec à l’invitation des chefs Yoav Talmi et Pascal Verrot, entre autres dans l’interprétation du 1er concerto de Prokofieff, du concerto de Glazounov, des Airs Bohémiens de Sarasate, du Rondo Capriccioso de Saint-Saëns, et la Fantaisie Écossaise de Bruch.

L’aspect pédagogique joue un rôle très important dans sa carrière. Professeur au Conservatoire de Musique du Québec depuis plusieurs années, elle compte plusieurs élèves qui mènent des carrières de solistes, de chambristes, de musiciens d’orchestre, ou qui poursuivent leurs études dans des institutions d’enseignement supérieur. Au fil des ans, elle s’est impliquée dans différentes activités de formation de jeunes professionnels, que ce soit à l’Orchestre Mondial des Jeunesses Musicales, au Domaine Forget, au camp Musical de Lanaudière, ou comme membre de jurys pour différents concours.

Nathalie Tremblay, pianiste

Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes les plus importantes de sa génération. Une artiste originale dotée d’un remarquable touché, « mâtiné d’un instinct dramatique d’une lumineuse efficacité ». Que ce soit comme soliste ou comme chambriste, elle met sa maîtrise sonore au service d’un répertoire allant de l’époque baroque à nos jours.

Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay a débuté le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, elle s’est perfectionnée,  parallèlement à sa formation au conservatoire, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer, Jacynthe Couture. Elle s’est ensuite perfectionnée, grâce à des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, comme soliste auprès d’André Laplante à NewYork, comme chambriste avec Ricardo Brengola à Sienna en Italie et en piano à quatre mains avec Jean Saulnier à Montréal.

En 1995, elle a participé aux travaux dirigés par le compositeur Franco Donatoni, à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997, à Québec. À l’automne 2010, elle était invitée à assister aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris. (Bourse Conseil des arts et des lettres du Canada).

Deux de ses œuvres ont été créées à La cité internationale des arts à Paris : Promenade pour soprano et violon sur un poème de Guy Cloutier et Miniature pour soprano, piano et récitant sur le poème Rien et Rouge (in La vie en dansant) d’André Velter. Également, une création de -GUARDA / REGARDE- a été interprétée par Battista Acquaviva le 13 avril 2014.

Nathalie Tremblay est lauréate du Concours de l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Comme soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. On a pu l’entendre également en Suisse, en France où elle a interprété notamment les Variations Goldberg, en Tunisie, au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban, en Syrie et au Canada.

Elle accompagne régulièrement des chanteurs invités aux Poètes de l’Amérique française et est accompagnatrice ou chambriste dans des événements spéciaux.

On a pu également l’entendre sur les ondes de la Radio de Radio-Canada.

En août 2013, avec le soutien de la Ville de Québec, elle a joué en Bretagne au festival des Musiciennes d’Ouessant où elle a interprété notamment des oeuvres de Marie Jaell et Amy Beach. Elle a aussi accompagné la soprano Anne-Marie Calloni au Festival de Santa-Reparata en Corse. En avril 2015, elle jouera à la grande Galerie du Palais Fesch au Musée des beaux-arts d'Ajaccio.

Elle est directrice générale et artistique des Concerts Couperin et enseigne à Québec.

 

 

 

Musiciens du 1er concert / lundi 20 octobre 2014 à 19h30

Promenade francophone

Marie Bégin

La violoniste Marie Bégin est issue d’une famille de musiciens, Marie Bégin, 22 ans, a débuté le violon dès l’âge de trois ans avec ses parents, tous deux violonistes à l’Orchestre Symphonique de Québec. À dix ans, elle fait son entrée au Conservatoire de musique de Québec où elle étudiera tour à tour avec Claude Létourneau, Andrée Azar, Jean Angers et Darren Lowe, son professeur actuel.  

Violoniste passionnée, Marie Bégin s’est distinguée dès son jeune âge en remportant des premiers prix à plusieurs concours, notamment au concours provincial de musique de la Capitale, au concours Clermont-Pépin et au Concours de Musique du Canada.

Elle a été soliste avec les Violons du Roy et le Grand Orchestre des Jeunes de Québec en 2008. Récemment, elle interpréta également le concerto de Sibelius avec l’Orchestre Symphonique de Québec. En octobre prochain, elle jouera en compagnie de l’orchestre du Conservatoire de musique de Québec le concerto no.1 de Dimitri Chostakovitch.

Marie Bégin a eu l’occasion de bénéficier de l’enseignement de grands violonistes et pédagogues lors de stages internationaux. Nommons entre autres, Christian Tetzlaff, Augustin Dumay, Jonathan Crow, Mimi Zweig, Rodney Friend. Aussi, lors de stages à Chicago, elle a travaillé avec Miriam Fried, Arnold Steinhardt, Paul Kantor, Robert Chen, Blair Milton. Elle eut également la chance de se rendre en Pologne afin d’étudier avec Maxim Vengerov. Elle sera en Suisse cet été pour un stage à la Menhuin Academy avec Vengerov, puis en Autriche, à la Mozarteum Academy avec Zakhar Bron.

Marie Bégin a reçu plusieurs bourses d’excellence, notamment la bourse de l'association des membres de la Légion d'honneur de Québec. Elle s’est vue également décerner la médaille du gouverneur général du Canada pour l’excellence de ses résultats académiques.

 

Dominic Painchaud

Natif de Québec, le violoncelliste Dominic Painchaud a obtenu une Maîtrise en interprétation de l’École de Musique Schulich de l’Université McGill ainsi que le Prix du Conservatoire de Musique du Québec (CMQ) en violoncelle et en musique de chambre. Lauréat du Festival National de Musique à Saskatoon, il s’est vu décerné des bourses d’études entre autres par le Domaine Forget, l’Accademia Musicale Chigiana de Sienne en Italie, le Toronto Summer Music Festival ainsi que par l’Université McGill où il a récemment terminé un Diplôme d’Artiste sous la tutelle de Matt Haimovitz. Il a aussi profité des enseignements de maîtres renommés tels que Walter Joachim, Timothy Eddy, Desmond Hoebig, Roland Pidoux, Philippe Muller, Étienne Péclard et Antonio Meneses.

Dominic Painchaud s’est produit comme chambriste en France, au Canada et aux États Unis. On l’a également entendu en solo accompagné par l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de musique de Québec au Grand Théâtre de Québec en octobre 2002. En tant que membre du groupe Uccello, ensemble de huit violoncelles fondé par son professeur M. Haimovitz, il a enregistré l’album Meeting of the Spirit, en nomination pour les Grammy Awards 2011 (Best Classical Crossover Album), sous étiquette Oxingale Records. Plus récemment, ils ont aussi enregistré, au studio Skywalker Sound en  Californie, un album à paraître prochainement en collaboration avec les chanteurs Sylvan Sanford et Daniel Taylor. Ils ont aussi fait plusieurs tournées aux États-Unis et donné des prestations diffusées entre autres par Radio-Canada.

En 2009, il a fondé, avec la pianiste Maria Fuller et le violoniste Ewald Cheung, le Geistrio, qui a participé deux fois à la Fischoff National Chamber Music Competition à South-Bend en Indiana. Ils se sont aussi rendus en Autriche en juin 2012 pour étudier au Mozarteum avec Wolfgang Redik et se sont produits par la même occasion au Salzburger Kammermusik Festival.

 

Ghislain Dubé

Né à Cap-Santé en 1983, Ghislain Dubé est aujourd’hui titulaire d’une maîtrise en piano du Conservatoire de musique de Québec, où il a étudié avec M. Gérald Lévesque et M. Carlos Feliciati. En musique de chambre, il a été l’élève de M. Darren Lowe, violoniste, et de M. Pierre Genest, professeur d’écriture. Pendant ses études, il a également suivi des classes de maître avec les pianistes de renom dont Richard Raymond, Jean-Paul Sévilla, Joseph Kalichstein, Stephen Hough, Tomer Lev et Pascal Rogé.

En 2006, il s’est vu octroyer la première place dans la catégorie des 23 ans et moins lors de la Finale nationale du Concours de musique du Canada, tenue à Rimouski. En novembre de la même année, à la Salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec, Ghislain a interprété le premier mouvement du 3e Concerto de Rachmaninov avec le Grand ensemble des orchestres du Conservatoire de musique de Saguenay et du Conservatoire de musique de Québec, sous la direction de M. Gilles Auger.

Ghislain Dubé est très actif en tant que chambriste, accompagnateur et professeur de piano à Québec.

 

 

Musicienne du 2eme concert / 7 décembre 2014

Promenade vert l'Est

Nathalie Tremblay, pianiste

Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes les plus importantes de sa génération. Une artiste originale dotée d’un remarquable touché, « mâtiné d’un instinct dramatique d’une lumineuse efficacité ». Que ce soit comme soliste ou comme chambriste, elle met sa maîtrise sonore au service d’un répertoire allant de l’époque baroque à nos jours.

Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay a débuté le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, elle s’est perfectionnée,  parallèlement à sa formation au conservatoire, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer, Jacynthe Couture. Elle s’est ensuite perfectionnée, grâce à des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, comme soliste auprès d’André Laplante à NewYork, comme chambriste avec Ricardo Brengola à Sienna en Italie et en piano à quatre mains avec Jean Saulnier à Montréal.

En 1995, elle a participé aux travaux dirigés par le compositeur Franco Donatoni, à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997, à Québec. À l’automne 2010, elle était invitée à assister aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris. (Bourse Conseil des arts et des lettres du Canada).

Deux de ses œuvres ont été créées à La cité internationale des arts à Paris : Promenade pour soprano et violon sur un poème de Guy Cloutier et Miniature pour soprano, piano et récitant sur le poème Rien et Rouge (in La vie en dansant) d’André Velter. Également, une création de -GUARDA / REGARDE- a été interprétée par Battista Acquaviva le 13 avril 2014.

Nathalie Tremblay est lauréate du Concours de l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Comme soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. On a pu l’entendre également en Suisse, en France où elle a interprété notamment les Variations Goldberg, en Tunisie, au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban, en Syrie et au Canada.

Elle accompagne régulièrement des chanteurs invités aux Poètes de l’Amérique française et est accompagnatrice ou chambriste dans des événements spéciaux.

On a pu également l’entendre sur les ondes de la Radio de Radio-Canada.

En août 2013, avec le soutien de la Ville de Québec, elle a joué en Bretagne au festival des Musiciennes d’Ouessant où elle a interprété notamment des oeuvres de Marie Jaell et Amy Beach. Elle a aussi accompagné la soprano Anne-Marie Calloni au Festival de Santa-Reparata en Corse. En avril 2015, elle jouera à la grande Galerie du Palais Fesch au Musée des beaux-arts d'Ajaccio.

Elle est directrice générale et artistique des Concerts Couperin et enseigne à Québec.

 

 

Musiciens du 3eme concert / 1 février 2015

Promenade de musiciens médecins

Evelyn Keller, pianiste

Evelyn Keller est née et a grandi à New York. Elle y a débuté ses études musicales universitaires à Manhattan School of Music où elle fut une élève de la pianiste péruvienne Sonia Vargas. Sa participation à un programme de musique de chambre l'a amenée à Québec via un détour enToscane.  Elle a terminé son baccalauréat en musique à Université Laval où elle était dans la classe de Franz Brouw.  Par la suite elle a fait des études en médecine puis une résidence en psychiatrie à l'Université Laval.  Après sa résidence elle a complété une maîtrise et un fellowship en psychiatrie gériatrique à l'Université McGill. Elle pratique comme gérontopsychiatre à l'Institut universitaire en santé mentale de Québec. Depuis 2010, elle et ses collègues psychiatres les Drs Mathieu Bilodeau, François Bourque et Simon Patry ont donné quelques concerts bénéfices au Palais Montcalm au profit des personnes ayant des problèmes de santé mentale. 

Mathieu Bilodeau, pianiste

Né à Québec, Mathieu Bilodeau débute l’étude du piano à l’âge de 5 ans avec Gérard Gagnon. En 1993, il entre dans la classe de Suzanne Beaubien-Lowe au Conservatoire de musique de Québec où il y obtient un diplôme de 2e cycle. Il débute ensuite parallèlement des études en médecine à l’Université Laval et il complète une maîtrise en interprétation dans la classe de  Francis Dubé en 2005 ainsi qu'un doctorat en médecine en 2006. Il termine en juin 2011 le programme de résidence en psychiatrie à l’Université de Montréal et travaille depuis comme psychiatre militaire au centre de santé Valcartier. Il complète également en 2012 une maîtrise en sciences biomédicales de l'Université de Montréal.

Mathieu a travaillé avec divers pédagogues lors de classes de maîtres et de stages de perfectionnement dont Suzanne Goyette, Michel Kozlovsky, Patrick O’Byrne et Arturo Nieto-Dorantes. Il remporte en 2004  le concours soliste avec orchestre et interprète le Concerto pour deux pianos de Mozart avec l’Orchestre de l’Université Laval. Il est sélectionné lors de l’édition 2003-2004 du concours du disque de la Faculté de Musique et enregistre la Sonate pour 2 pianos et percussion de Béla Bartók. Depuis, il s’est produit principalement comme chambriste, dont au Palais Montcalm avec ses collègues Evelyn Keller et Simon Patry dans le cadre de concerts bénéfices. Ils ont eu, entre autres, l’occasion d’interpréter le Concerto pour trois pianos de Mozart et le Concerto pour 4 pianos de Bach.


Natalie Le Sage, pianiste

Après avoir débuté des études musicales au violon avec sa mère Liliane Garnier, Natalie Le Sage se sent fortement attirée par le piano. Dès l’âge de 6 ans, elle en commence l’apprentissage dans la classe de Marie-Paule Guay, C.N.D., puis  devient par la suite l’élève de Ross Pratt, qui marquera intensément sa personnalité musicale. Parallèlement, elle accomplit des études en écritures musicales au Conservatoire de musique de Québec: harmonie, contrepoint, fugue et composition, entre autres dans la classe de Pierrick Houdy. Plusieurs de ses compositions ont été créées en public : Danse, Caprice et Romance (violon seul, 1978), Fiction Céleste (violon et piano), Vision (Orchestre Symphonique de Québec 1980),  Thème et variations (violon et piano, 1982), Le bateau bleu (1982).

Après un séjour en France, bien que toujours amoureuse de la musique, Natalie Le Sage entreprend des études universitaires à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Urgentologue à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus du CHU de Québec depuis 1990, elle est aussi chercheuse-clinicienne au Centre de recherche du CHU dans les domaines de la traumatologie et de la médecine d’urgence, et professeur agrégée à la Faculté de médecine de l’Université Laval.

 

Bien qu’exerçant une autre profession, Natalie Le Sage est toujours restée attachée à la musique, ayant la chance d’être entourée de trois générations de musiciens. Elle est membre fondateur de la Fondation Garnier-Le Sage, dédiée à la protection du patrimoine culturel que constituent les instruments du luthier Paul Kaul. Quand ses responsabilités médicales le lui permettent, Natalie ne manque pas une occasion de faire de la musique et de se produire en public, en particulier pour des concerts-bénéfices.

Simon Patry, pianiste

Simon Patry est psychiatre, professeur agrégé de clinique et professeur associé aux département  de psychiatrie de l'université Laval et de l'université de Montréal. Son travail se concentre sur la thérapieutique de la dépression majeure par la psychothérapie interpersonnelle et les thérapies sommatiques. Il est l'auteur de livres et articles scientifiques et est un conférencier réputé dans le domaine. Son implication lui a valu bien des prix et mentions de reconnaissance de ses pairs.

Les obligations inhérentes aux études de médecine l'ont vite obligé à mettre de côté ses cours au Conservatoire de musique de Québec ; ce n'est que quelques années plus tard qu'il reprendra le travail de piano et du chant classique, notamment auprès de Madame Adrienne Bouchard et Cécile Bédard. Il a su concilier sa carrière de psychiatre et de musicien en s'intéressant à l'interface art et maladie mentale en étudiant le cas Schumann pour lequel il a donné plusieurs conférences. De plus, il a toujours été spécialement impliqué auprès d'organismes voués à la musique dont les conseils d'administration du Club Musical de Québec et de la Société du Palais Montcalm.

 

Musiciennes du 4eme concert / 8 mars 2015

Promenade au féminin

Anne-Marie Calloni, soprano

Pianiste et organiste de formation, la Bastiaise Anne-Marie Calloni est titulaire de trois Prix au CNR de Saint Maur-des-Fossés et au CRR de Marseille (chant, musique de chambre et orgue). Elle est diplômée en clavecin, harmonie, basse continue, formation musicale et direction de choeur.

Elle poursuit sa formation au Conservatoire Royal de Bruxelles puis au Conservatoire Sainte Cécile de Rome. 

Elle étudie à Milan, avec Giovanna Canetti, à Rome avec le professeur Daniela de Marco, à Paris avec le chef de chant Janine Reiss. 

Elle se produit à Londres à l'Abbaye de Westminster, à Paris dirigée par Eric Lebrun et Jean-Pierre Ballon, à Lille, à Reims avec Pierre Mea, en Italie à Rome, Piombino, Bari, en Belgique à Bruxelles et en Corse ou elle participera plusieurs années de suite au Festival des Nuits Lyriques de Bastia.
Elle y interprète le rôle de la "Grande Sacerdotessa" (Aida de Verdi ), Frasquita (Carmen de Bizet) avec Sophie Pondjiclis et Lucie Roche et Adina (Elisir d'amore de Donizetti).
Dans le cadre des Rencontres Musicales de Méditerranée, elle chante au théâtre de Bastia accompagnée par l'orchestre symphonique dirigé par le chef d'orchestre Alessandro Bombonati et dans la création de l'oratorio "Lella" (Danielle Casanova ) de Joanna Bruzdowicz.

Elle chante au Théâtre de Sainte Thulle avec le ténor Luc Default, à Fontainebleau avec la pianiste Nadia Himo, au Festival de Santa Reparata avec Nathalie Tremblay, au festival Ponte Cultura avec Myranda Playfair, au festival international de musique sacrée de Marseille, à Londres avec le baryton Lancelot Nomura, au Théâtre National de Panama avec le baryton Ricardo Velasquez et al.


Catherine Dallaire, violoniste

Catherine Dallaire est diplômée du Conservatoire de Musique du Québec ou elle a obtenu deux Premiers Prix avec Grande Distinction en violon et en musique de chambre. Élève de Jean Angers durant toutes ces années au conservatoire, elle s’est également perfectionnée avec le regretté Lorand Fenyves au Banff Centre School of Fine Arts et a par la suite été boursière du Curtis Institute of Music de Philadelphie.

Lors de ses études, elle a remporté de nombreux prix et récompenses que ce soit pour les Concours de Musique du Canada, ou encore le Concours de l’orchestre symphonique de Québec. qui lui a décerné le deuxième Prix en 1986. À son retour des États-Unis, elle devient violon-solo de l’Orchestre des Jeunes du Québec et des Jeunes Virtuoses de Montréal. Elle est alors également soliste invitée des deux formations.

Membre des Violons du Roy depuis leur formation en 1984 jusqu’en 1992, elle y a occupé le poste de co-violon solo de 1990 à 1992. Elle a également fait avec cet ensemble une tournée en Belgique et participé au Mostly Mozart Festival du Lincoln Centre à New York en 2005. En 1992, on a pu l’apprécier en compagnie de Marc-André Hamelin dans le concerto pour violon et piano de Chausson.

Depuis son arrivée à l’Orchestre Symphonique de Québec à titre de violon-solo associé en 1988, elle est très active sur la scène musicale québécoise. Elle a donné de nombreux concerts et récitals au Festival International de Lanaudière, au Festival International d’été de Québec, au Mont Orford, au Domaine Forget , au Rendez-Vous Musical de Laterrière, etc., avec des artistes tels André Laplante, Anton Kuerti, Hatto Beyerle, Marc Grauwels, Martin Ostertag. Nombre de ces prestations ont été diffusées sur les ondes de Radio-Canada et de C.B.C.

Catherine Dallaire a également été soliste de l’Orchestre Symphonique de Québec à l’invitation des chefs Yoav Talmi et Pascal Verrot, entre autres dans l’interprétation du 1er concerto de Prokofieff, du concerto de Glazounov, des Airs Bohémiens de Sarasate, du Rondo Capriccioso de Saint-Saëns, et la Fantaisie Écossaise de Bruch.

L’aspect pédagogique joue un rôle très important dans sa carrière. Professeur au Conservatoire de Musique du Québec depuis plusieurs années, elle compte plusieurs élèves qui mènent des carrières de solistes, de chambristes, de musiciens d’orchestre, ou qui poursuivent leurs études dans des institutions d’enseignement supérieur. Au fil des ans, elle s’est impliquée dans différentes activités de formation de jeunes professionnels, que ce soit à l’Orchestre Mondial des Jeunesses Musicales, au Domaine Forget, au camp Musical de Lanaudière, ou comme membre de jurys pour différents concours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notices biographies des artistes (2013-2014)

Artistes du prochain concert /13 avril 2014 à 14h30

BATTISTA ACQUAVIVA, chanteuse corse

Une voix corse sur plus de trois octaves. Son père lui a appris la musique, jour après jour, la musique corse surtout, et ce sont les montagnes de Corse qui lui apprennent à chanter.

Tout en étant au plus près de la tradition vocale de son pays, elle ose se mesurer à des projets d’envergure en musique contemporaine. Quand elle chante, c’est la Corse qui chante et les trois octaves et demi de sa « voix de sifflet » sont l’objet d’analyses scientifiques d’un laboratoire parisien. Elle est sollicitée pour des créations de Vienne à Québec.

Elle ne se laisse enfermer dans aucune case, prônant les racines de la musique traditionnelle comme inspiration pour la création au delà de son répertoire lyrique.

Née en 1984, elle est la fille du musicien et musicologue, Nando Acquaviva, qui l’initie au chant profane et sacré corse, dès son enfance, sa formation musicale enrichie de dix ans de violon classique auprès d’un précepteur.

Repérée par l’ethnomusicologue Bernard Lorthat-Jacob et ami de la famille, puis mise en lumière en 2005 par Caroline Bourgine, elle donne son premier concert solo CANTI CORSI dans le répertoire corse à l’Abbaye de Royaumont, Fondation Royaumont puis est repérée par André Manoukian avec qui elle se produit sur la scène du théâtre de Bastia.

 

Son père, Nando Acquaviva, est l’un des membres fondateurs du groupe A Cumpagnia (qui se produira sous la baguette de Sergio Vartolo à la Scala de Milan ou encore au Kremlin). Il est le compositeur du Lamentu à Ghjesù avec Toni Casalonga qui est repris dans un spectacle de l’étoile Sylvie Guilelm et compose des musiques de film puis pour le théâtre chanté : Médée d’Euripide, Matria, Troilus et Cressida, création Théâtre de Bastia. Inventeur de la « mimophonie », il découvre en travaillant sur la musique modale, l’intervalle spécifique au chant corse, « la terza mezana » ; travaux validés par l’IRCAM (Paris) en partenariat avec l’Université de Corse où Nando a enseigné la musique.

 

Battista figure, pour son interprétation de l’hymne corse (le DIO VI SALVI REGINA) comme dernière chanson dans le livre 50 TUBES QUI ONT FAIT L’HISTOIRE DE LA CHANSON CORSE. Elle y est accompagnée comme sur son dernier cd par un chœur de basses d’hommes dont Ceccè Pesce et Mai Pesce (célèbre chanteur corse) et Jean-Marc Bertrand du grand groupe CHJAMI AGHJALESI et VOCE DI CORSICA.

 

Boulimique d’opéra, elle voit depuis l’enfance les plus belles productions à l’opéra de Paris, à la Salle Pleyel ou au Théâtre des Champs Elysées et, depuis l’enfance, les plus grandes voix de musiques du monde telles que l’indienne Aruna Sairam, l’arabo andalouse Amina Alaoui ainsi que le Mystère des voix bulgares et tant d’autres voix thibétaines etc. Elle est la cousine germaine du membre leader du grand groupe corse A FILETTA, actuellement en tournée avec Sidi Larbi Cerkaoui. Battista rencontre et côtoie toutes ses voix en coulisses grâce à son père, passionné de musique et de voix qui préside pendant dix ans le festival FESTIVOCE ESTIVOCE pendant ses plus belles années et rencontre des formations telles que l’Ensemble Matheus de J.-C.Spinosi. Sans compter les plus belles voix de Corse qu’elle entend depuis la naissance et qu’elle côtoie.

 

Nathalie Tremblay, pianiste


Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes les plus importantes de sa génération. Une artiste originale dotée d’un remarquable touché, « mâtiné d’un instinct dramatique d’une lumineuse efficacité ». Que ce soit comme soliste ou comme chambriste, elle met sa maîtrise sonore au service d’un répertoire allant de l’époque baroque à nos jours.

Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay a débuté le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, elle s’est perfectionnée,  parallèlement à sa formation au conservatoire, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer, Jacynthe Couture. Elle s’est ensuite perfectionnée, grâce à des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, comme soliste auprès d’André Laplante à NewYork, comme chambriste avec Ricardo Brengola à Sienna en Italie et en piano à quatre mains avec Jean Saulnier à Montréal.

En 1995, elle a participé aux travaux dirigés par le compositeur Franco Donatoni, à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997, à Québec. À l’automne 2010, elle était invitée à assister aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris. (Bourse Conseil des arts et des lettres du Canada).

Deux de ces œuvres ont été créées à La cité internationale des arts à Paris : Promenade pour soprano et violon sur un poème de Guy Cloutier et Miniature pour soprano, piano et récitant sur le poème Rien et Rouge (in La vie en dansant) d’André Velter. Également, GUARDA pour soprano et piano a été créée par Battista Acquaviva le 13 avril 2014 à la Chapelle du Musée de l'Amérique francophone à Québec.

Nathalie Tremblay est lauréate du Concours de l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Comme soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre du Saguebay-Lac-St-Jean, l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. On a pu l’entendre également en Suisse, en France où elle a interprété notamment Les Variations Goldberg, en Tunisie, au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban, en Syrie et au Canada.

Elle accompagne régulièrement des chanteurs invités aux Poètes de l’Amérique française et est accompagnatrice ou chambriste dans des événements spéciaux.

On a pu également l’entendre à plusieurs reprises sur les ondes de la Radio de Radio-Canada.

En août dernier, avec le soutien de la Ville de Québec, elle a joué en Bretagne au festival des Musiciennes d’Ouessant où elle a interprété notamment des oeuvres de Marie Jaell et Amy Beach. Elle a aussi accompagné la soprano Anne-Marie Calloni au Festival de Santa-Reparata en Corse.

Elle est directrice artistique et générale des Concerts Couperin et enseigne à Québec.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concert du 1 er décembre 2013


Hugues Cloutier, pianiste 

Reconnu pour sa sensibilité artistique et pour la richesse de ses interprétations musicales, Hugues Cloutier s’est taillé une place de choix parmi la jeune génération de pianistes. Titulaire d’un doctorat en interprétation de l’Université de Montréal sous la direction de Marc Durand, il détient également le Prix avec grande distinction en piano et en musique de chambre du Conservatoire de musique du Québec. 

Au cours de ses études, il reçoit la médaille du Gouverneur Général et est lauréat de nombreuses  bourses; citons notamment les fondations Vin-Art International et Wilfrid-Pelletier, le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Fond québécois pour la recherche en société et culture ainsi que le Centre d’Arts d’Orford, où il a travaillé avec André Laplante et Jean-Paul Sévilla. C’est d’ailleurs auprès de ce dernier qu’Hugues Cloutier se perfectionne en France pendant deux ans et demi.

Outre ces performances académiques, Hugues Cloutier est lauréat de plusieurs concours de musique nationaux et internationaux et il donne plusieurs récitals au Canada et en France en tant que soliste, chambriste et accompagnateur. Il se produit également à quelques reprises à la télévision et à la radio.  Depuis 2011, il enseigne au Conservatoire de musique de Val d’Or. 

Citations

« […] a joué avec sensibilité et fluidité les pièces qu’il avait choisies d’intégrer à sa programmation. […] Un concert empreint d’une grande sensibilité. »

- Lynda Cloutier (Beauce)

« Hugues Cloutier est apparu très maître de ses interprétations. Il fonde cette maîtrise sur une grande diversité de touchers qui lui permettent d’exprimer tendresse, luminosité et même angoisse dans les Préludes de Debussy, d’exprimer l’humour comme la puissance dans les Tableaux d’une exposition de Moussorgski. […] Hugues Cloutier a conquis son auditoire qui a prolongé ce moment en demandant plusieurs rappels. »

- Concert au Château de Versailles Normand (France)

« Des moyens impressionnants et une conception musicale mûrie. »

- Stéphane Lemelin (Tremplin International 2001)

« A strong, effective performance. Wonderful range of colors and textures. »

- M. Allen (Tremplin International 2001)

 

Jean-Michel Dubé, pianiste

Jean-Michel Dubé, pianiste-interprète de vingt-et-un ans, fréquente le Conservatoire de musique de Québec depuis l'âge de sept ans, et termine ses études de Baccalauréat en fin d'année scolaire 2012.

En avril de la même année, il s'est vu décerner le Grand prix du Concours de musique de la capitale, terminant premier dans la catégorie piano des 15-30 ans, et est nommé « meilleur artiste » pour l'ensemble du concours.

Au mois de juillet suivant, ce résident de la Ville de Québec, natif de Cap-Santé  récidive et se mérite les mêmes honneurs, mais cette fois lors du Concours de musique du Canada,  à Toronto. Il est alors le pianiste-interprète lauréat pour les 19-30 ans et choisi comme l'artiste par excellence tout instrument confondu. Présentement il poursuit ses études en vue de l'obtention d'un Diplôme d'artiste avec Suzanne Beaubien-Lowe .

 

Citations

« Il entre à peine dans la vingtaine, mais déjà il fait partie des meilleurs pianistes du pays! Tombé dans la marmite quand il était petit, Jean-Michel Dubé s’est vu décerner le Grand prix du Concours de musique de la Capitale au printemps dernier. Puis, en juillet, il répète l’exploit à Toronto en décrochant le titre de Grand Lauréat au concours de musique du Canada dans la catégorie 19-30 ans. Cette dernière distinction lui vaudra d’ailleurs une place, en février dernier, comme pianiste invité à un concert de l’orchestre de chambre Appassionata de Montréal, l’équivalent des Violons du Roy de Québec. »

- Journal Ville de Quebec

« Avec l’orchestre Appassionata Jean-Michel Dubé a été rien de moins que brillant. Il a fourni une prestation égale à son immense talent. C’est en interprétant le premier mouvement du Concerto no 2 de Beethoven que Monsieur Dubé a démontré tout l’éventail de ses qualités pianistiques. »

- Info-culture / Quebec 

 

Nathalie Tremblay, pianiste  

Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay débute le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, elle se perfectionne, parallèlement à sa formation au conservatoire, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer et Jacynthe Couture. Elle se perfectionne ensuite auprès d’André Laplante à NewYork, Ricardo Brengola en Italie et Jean Saulnier à Montréal. En 1995, elle participe aux travaux dirigés par le compositeur Franco Donatoni, à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997, à Québec. À l’automne 2010, elle assiste aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris.

Boursière de la Fondation Vin-Art Internationale du Conservatoire de musique de Québec, Nathalie Tremblay est aussi lauréate du Concours de l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, on a pu l’entendre comme soliste avec le même orchestre ainsi qu’avec l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. On a pu l’entendre également en Suisse, en France, en Tunisie au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban, en Syrie et au Canada. Elle accompagne régulièrement des chanteurs invités aux Poètes de l’Amérique française, est accompagnatrice ou chambriste dans des événements spéciaux et est entendue à plusieurs reprises sur les ondes de la Radio de Radio-Canada. Nathalie Tremblay a été plusieurs fois boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada. Elle occupe le poste directrice artistique et musicale des Concerts Couperin. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Concert du 20 octobre 2013

Anne-Julie Caron, marimbiste 

Diplômée avec grande distinction au Conservatoire de musique de Québec en 2003, Anne-Julie Caron se distingue grâce à la sensibilité, à la profondeur et au large éventail de couleurs de son jeu. Après ses études, elle se  perfectionne auprès des marimbistes de renommée internationale Nancy Zeltsman, Bogdan Bacanu et Keiko Abe. Elle a remporté le prix Opus 2007 « Découverte de l’année », le 2e Prix à l’International Marimba Competition, Linz 2006 (Autriche), le Concours OSM Standard Life 2005 (Orchestre Symphonique de Montréal) ainsi que le Prix d’Europe 2004.

Les événements marquants de sa carrière incluent ses débuts new-yorkais en 2007 et des prestations à PASIC (É.-U.), à PerKumania (France), au IV Festival Internacional de Percusión Tamborimba (Colombie), au VI Festival Internacional de Marimbistas (Tabasco, Mexique), au VI Festival International de Marimbistas (Chiapas, Mexique), au Zeltsman Marimba Festival (É.-U.) et à de nombreux festivals canadiens (Ottawa, Lanaudière, Domaine Forget, Vancouver, Cool Drumming, Ideacity). Elle a aussi joué en solo avec différentes formations dont l’Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal, l’Orchestre Symphonique de Québec, les Violons du Roy et I Musici.
 
Conjointement à ses activités de soliste et chambriste, Anne-Julie Caron est active en tant que percussionniste d’orchestre depuis 2002. Elle travaille fréquemment avec l’Orchestre Symphonique de Québec et a joué avec plusieurs autres ensembles incluant l’Orchestre Symphonique de Montréal et les Violons du Roy. Professeure dévouée, Anne-Julie Caron est enseigne les percussions au Conservatoire de musique de Québec et  présente des cliniques et classes de maître notamment à PASIC (É.-U.), en France, en Colombie, au Mexique, à l’Université d’Indiana et dans la majorité des établissements universitaires canadiens.

 

Citations  

« La percussionniste Anne-Julie Caron…a déployé une adresse proprement étourdissante et obtenu des nuances et des effets d'espace et même de lointain qui révélaient l'artiste autant que la technicienne. »

- La Presse 

« La clarté du phrasé, la variété des nuances et, d’une manière générale, l’intelligence et la sensibilité de l’interprète ont retenu l’attention (…) Anne-Julie Caron a démontré que les possibilités expressives du marimba peuvent égaler celles du violon (…) La partie finale, tout à fait étourdissante, a laissé l’auditoire bouche bée (…) Rappelée, la soliste a offert son arrangement du Romantico d’Astor Piazzolla (…) Un moment évocateur, profond, à faire rêver. »  

-Le Soleil 

« Anne-Julie Caron (...) fait presque office de pionnière avec justesse, bon goût et un talent certain. Courageux! »
- Journal de Montréal                                                            

http://www.annejuliecaron.com

 

Geneviève Savoie, flûtiste


Geneviève Savoie est diplômée du Conservatoire de musique de Québec puis du Conservatoire de musique de Bordeaux, en flûte et en musique de chambre. Parmi les nombreux prix qu’elle a remportés, mentionnons la première place à la finale nationale du Concours de Musique du Canada, le premier prix au Concours de musique Clermont-Pépin et la troisième place au prestigieux concours Prix d’Europe (prix T.D. Canada Trust). À ce même concours, le haut niveau de son jeu musical lui vaut le prix de la meilleure interprétation d’une œuvre canadienne.

Musicienne polyvalente, Geneviève Savoie se produit au sein de plusieurs orchestres dont l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre Symphonique de Québec et les Violons du Roy. Elle est également active comme chambriste ainsi qu’en musique contemporaine, notamment en jouant avec l’ensemble Erreur de type 27. Lauréate du Prix du Lieutenant Gouverneur du Québec, Geneviève Savoie a reçu pour ses projets le soutien entre autres du Conseil des Arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada. En 2010, elle a pris part à une tournée de théâtre en Chine avec l’ensemble Arsenal à Musique. Elle termine sous peu un doctorat en interprétation à l’Université de Montréal dans la classe de Lise Daoust et Denis Bluteau.

Geneviève Savoie a également une forte expérience en tant que pédagogue; elle a entre autres enseigné au Conservatoire National des Landes en France, à la Child and Youth Services de l’Armée des Etats-Unis en Allemagne, au Cegep de Sainte-Foy et à l’Université de Montréal. Elle est invitée comme jury dans des festivals de musique et est également formatrice pour un programme de gestion de carrière artistique donné au Carrefour jeunesse-Emploi de la Capitale Nationale. Grande voyageuse, Geneviève Savoie s’intéresse de très près aux musiques d’ailleurs et présente un répertoire aux frontières de la musique classique et de la musique du monde.

Citations

« Une femme de talent qui a su aisément démontrer tout son savoir-faire […] Une artiste accomplie dont la réputation n’est plus à faire. […]  Visiblement à l’aise devant public, elle se démarque en traduisant par son instrument une panoplie d’émotions. » 

- Clémence Martel, En Beauce.com

« C'est mon moment coup de coeur. J'ai particulièrement apprécié la finesse et l'expressivité du jeu de Geneviève Savoie. C'est une flûtiste de haut calibre, trop peu connue. »

- Sophie Roy, Québec info musique

 http://www.genevieve-savoie.com

Notices biographies des artistes (2012-2013)

 

Au concert du 3 mars 2013 :

 

Quatuor Arthur LeBlanc


Formé des violonistes Hibiki Kobayashi et Brett Molzan, de l’altiste Jean-Luc Plourde et du violoncelliste Ryan Molzan, le quatuor Arthur-Leblanc (QAL) a acquis la réputation enviable d’être parmi les meilleurs ensembles à cordes du Canada. Depuis septembre 2005, le quatuor assume fièrement son rôle de quatuor en résidence à l’université Laval, de Québec.
Outre la fonction de professeurs invités de cordes et de musique de chambre à la faculté de Musique de l’université Laval, les musiciens du QAL s’efforcent toujours d’atteindre à l’excellence artistique dans leurs représentations nationales et internationales. Le quatuor, qui donne une soixantaine de concerts par année, est fréquemment invité à se produire sur les plus grandes scènes du pays, exécute souvent des tournées à l’étranger, notamment un passage à Cargenie Hall, et est régulièrement entendu au Japon. La formation a été chaudement applaudie dans de nombreux festivals, y compris à Ottawa, au Festival of the Sound, au Domaine Forget, à Orford, à Ravinia et à Santander, en Espagne. Le QAL a joué avec des musiciens aussi éminents que les violoncellistes Tsuyoshi Tsutsumi et Janos Starker, les pianistes Anton Kuerti, Marc-André Hamelin, Stéphane Lemelin et Dang Thai Son, le clarinettiste James Campbell et les quatuors Shostakovich, Orford et Kocian.
Nommé d’après le très grand violoniste acadien Arthur LeBlanc, le QAL a vu le jour en 1988 à l’Université de Moncton grâce à l’appui de l’Université de Moncton, du Conseil des arts du Canada et de la société Radio-Canada.
Le quatuor contribue au développement de la musique de chambre par diverses activités, entre autres des ateliers de musique de chambre, des classes de maître et de l’enseignement aux académies estivales. L’engagement marqué du QAL à l’égard de la nouvelle musique, surtout au Québec et au Canada, l’a incité à commander des oeuvres, qu’il a créées, aux compositeurs André Prévost, Kelly-Marie Murphy, Vincent Collard, Jacques Desjardins, Martin Valcke et Anita Sleeman.
Depuis sa création, la qualité artistique du groupe a été reconnue et soutenue par le Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts du Nouveau-Brunswick, la radio de Radio-Canada et les Jeunesses musicales du Canada. En 1998, l’ensemble recevait le prix Cécile-Mesnard-Pomerleau pour sa remarquable contribution à l’organisme.
Les enregistrements du QAL se trouvent sous les étiquettes ATMA, Fonovox, XXI-21 et Naxos.

 

Nathalie Tremblay, pianiste

Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes importantes de sa génération. Une artiste originale dotée d’un remarquable touché et instinct dramatique. Elle met sa maîtrise sonore et son imagination musicale au service d’un répertoire allant de l’époque baroque à nos jours.

Née à Chicoutimi, elle a débuté le piano à l’âge de quatre ans. Elle est titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec en piano. Aussi, elle détient un prix en musique de chambre qui lui a valu une bourse de la fondation Vin-Art International. De plus, tout au long de ses études, elle s’est perfectionnée auprès de grands maîtres ; Monique Deschaussees , Claude Helffer, Jacynthe Couture. Elle s’est ensuite perfectionné, grâce à des bourses du conseil des arts et des lettres du Québec, auprès d’André Laplante à New-York, de Ricardo Brengola en Italie et de Jean Saulnier à Montréal.

En 1995, elle a participé au travaux dirigés  par le compositeur Franco Donatoni à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997 à Québec. À l’automne 2010, elle a assisté à des ateliers à Paris donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas grâce à une bourse du Conseil des arts du Canada. Durant ce séjour, elle a joué à la Cité internationale des arts de Paris où elle a créé une de ses oeuvres pour soprano, piano et récitant en compagnie de la soprano Anne-Marie Beaudette et  du poète André Velter (qui est aussi directeur de la poésie chez Gallimard). 

Nathalie Tremblay est lauréate du Concours  de l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean et a joué avec celui-ci, ainsi qu’avec l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. Comme soliste et chambriste, elle a joué en Suisse, en France, en Tunisie, au Liban, en Syrie ainsi qu’au Canada. Elle accompagne régulièrement des chanteurs aux Poètes de l’Amérique française et accompagne des musiciens lors d’événements spéciaux. Elle est aussi membre surnuméraire de l’OSQ. Elle a enregistré un disque avec Sophie-Hudon Roy en piano quatre mains et a enregistré plusieurs fois en solo à l’émission Jeunes Artistes sur les ondes de Radio-Canada. Plusieurs concerts solos et de musique de chambre ont été enregistré au Musée national des beaux-arts de Québec, au Musée de l’Amérique française et à l’église St-Michael à Québec.

Nathalie Tremblay a joué plusieurs fois en Auvergne en tant que soliste où elle a interprété, entre autres, les Variations Goldberg et un florilège de Préludes et fugues de Bach et Chostakovitch. Aussi, elle a accompagné plusieurs chanteurs et a crée et interprété plusieurs oeuvres canadiennes comme soliste et chambriste.                     

Nathalie Tremblay enseigne à Québec et est directrice générale des Concerts Couperin.

 

Au concert du 7 0ctobre 2012:

Karine Boucher soprano lyrique

Originaire de la ville de Québec, la soprano Karine Boucher poursuit son cheminement artistique à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal depuis l’automne 2010 après s’être fait remarquer parmi 160 candidats lors des auditions nationales.

Sans doute l’une des plus jeunes chanteuses à entrer au Conservatoire de musique du Québec à l’âge de 13 ans, elle a étudié dans la classe de chant de Jacqueline Martel Cistellini et participé avec brio aux opéras et aux concerts de son Alma Mater jusqu’à l’obtention du Prix du Conservatoire en 2010. Pendant ses études, elle a remporté le Prix Archambault : jeune artiste prometteur au concours de l’Orchestre Symphonique de Trois-Rivières, édition 2008. En 2009, elle a chanté les Quatre derniers Lieder de Strauss avec l'Orchestre des jeunes de Québec et a poursuivi un stage à l’Accademia Chigiana de Sienne auprès de la grande soprano Raina Kabaivanska. En décembre de la même année, Karine a eu le privilège d'interpréter le Liebestod : la mort d'Isolde de Wagner en collaboration avec l'Orchestre symphonique de Lévis.

Dans les deux dernières saisons, Karine Boucher a chanté fréquemment en concert à titre de jeune artiste de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Elle a été soliste avec l’Ensemble Appassionata dans un programme Strauss Jr. et Schubert. Elle a fait sa première apparition à l’Opéra de Montréal dans le rôle de Kätchen du Werther de Massenet puis a tenu récemment celui d’Inez dans Il Trovatore auprès de Hiromi Omura. Elle a interprété la femme étrangère dans The Consul de Menotti présenté par l’Atelier lyrique et a participé à sa récente création de Rossini et ses muses : le grand dîner. En décembre 2011, Karine s’est distinguée lors des Met Auditions où elle a reçu un prix lors de la Finale Régionnal, des Greats Lakes. Karine Boucher a fait un enregistrement en avril 2012 d’un récital de mélodies françaises en collaboration avec les productions XXI et les pianos André-Bolduc.

 

Hugues Cloutier, pianiste

Reconnu par la critique et par ses pairs pour sa sensibilité artistique et pour la richesse de ses interprétations musicales, Hugues Cloutier s’est taillé une place de choix parmi la jeune génération de pianistes.

Titulaire d'un doctorat en interprétation de l'Université de Montréal, Hugues Cloutier a travaillé sous la direction de Marc Durant. Il détient également le Prix avec grande distinction en piano et en musique de chambre du Conservatoire de musique de Québec, ainsi qu'un premier prix en solfège et en dictée musicale. Au cours de ses études, il a reçu la médaille du Gouverneur Général pour les études post-secondaires, des bourses des fondation Vin-Art International et Wilfrid-Pelletier, des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, des bourses d'études du Fond québécois pour la recherche en société et culture ainsi que des bourses de perfectionnement au Centre d'Arts d'Orford oèu il a travaillé avec Marc Durant et Jean-Paul Sévilla. C,est d'ailleurs auprès de ce dernier que Hugues Cloutier s'est perfectionné en France pendant deux ans et demi.

Outre ces performances académiques, Hugues Cloutier a été lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux. À son dossier s'ajoutent de nombreuses classes de maîtres auxquels il a participé : Lazar Berman, Emanuel Ax, José Feghali, Michel Dalberto, Ricahard Raymond, etc.

Hugues Cloutier a donné plusieurs récitals au Canada et en France en tant que soliste, chambriste et accompagnateur. Il s'est aussi produit à quelque reprises à la télévision et à la radio. Il ensigne au Conservatoire de musique de Val-d'Or depuis 2011.

 

Au deuxième concert : Concert des jeunes provenant de différentes écoles de Québec.

 

Au quatrième concert :

Emmanuel Christien, pianiste

Né en 1982, Emmanuel Christien intègre la classe de Jacques Rouvier au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1999 et y obtient brillamment ses prix de piano, de musique de chambre et d’accompagnement vocal. Il entre en cycle de perfectionnement en 2005. Il est alors lauréat de la Fondation Alfred Rheinold qui lui offre un piano « Blüthner ». Emmanuel a pu travailler avec des personnalités telles que Jean-Claude Pennetier, Aldo Ciccolini, Paul Badura-Skoda ou Anne Queffélec. Il a été primé dans plusieurs concours internationaux (prix de la meilleure interprétation des oeuvres de Brahms au concours Casagrande à Terni (Italie), concours européen Vlado Perlmuter).

Il poursuit parallèlement un cursus de musique de chambre (avec la violoncelliste Aurélienne Brauner) et se forme au répertoire du Lied et mélodie avec la mezzo-soprano Clémentine Margaine et la soprano Marie-Bénédicte Souquet dans la classe d’Anne Grappotte ainsi qu’avec Ruben Lifschitz à la fondation Royaumont. Emmanuel s’est produit en soliste et en musique de chambre dans de nombreux festivals en France et à l’étranger : Festival de Saint-Denis, Folle journée de Nantes, La Roque d'Anthéron, Radio-France Montpellier, Cordes sur Ciel, Chopin à Bagatelle ainsi qu'à Tokyo, Milan, Aberdeen, Bombay (Arties festival)...

Il a joué en concerto avec l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire, l’Orchestre de Caen, l’Orchestre de chambre de Moldavie, l’Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon. Musicien de chambre passionné, il s’est produit avec des artistes tels que David Fray, Bruno Monsaingeon, le quatuor Ardeo, ou Jean-Claude Pennetier qui l’invite en 2011 au festival Piano Passion de l’Opéra de Saint-Etienne. Il a également collaboré avec le metteur en scène Jean-Paul Scarpitta et participe régulièrement à des projets associant théâtre, littérature et musique. On a pu l'entendre à la radio dans les émissions Génération jeunes interprètes, Dans la cours des grands, L'Atalier du chanteur...

  En 2012 sortiront deux CD, l’un consacré aux Pièces pour alto, clarinette et piano de Max Bruch avec l’altiste Nicolas Bône et le clarinettiste Olivier Patey (Arties Records), l’autre au répertoire français pour violon et piano avec Samika Honda (Polymnie).

 

 

Artistes du premier concert : 6 novembre 2011

PEGGY BÉLANGER, soprano et MICHEL ANGERS, théorbe

Peggy Bélanger et Michel Angers sont diplômés du conservatoire de musique de Québec, où ils ont obtenu respectivement le Prix du conservatoire et un premier prix avec grande distinction en guitare, le duo a poursuivi, grâce à la Fondation Marco Fodella leur formation en musique ancienne et en musique baroque, à l’Académie internationale de musique de Milan avec, notamment le célèbre haute-contre Roberto Balconi. Grâce à une bourse du Early music americana, ils ont également approfondi leur formation en opérabaroque à Seattle. Le duo s’est produit sur plusieurs scènes au Québec, en Amérique et en Europe, notamment en Italie, en Suisse et en Espagne. Leur plus récent enregistrement est publié par la célèbre étiquette italienne Stradivarius "Amanti, io vi sò dire".

YANNICK PLAMONDON, compositeur

Yannick Plamondon est originaire de la région de Québec. Musicien autodidacte à l’origine, il a étudié la composition au Conservatoire de musique de Québec et au Conservatoire de musique de Montréal, où il a obtenu un Prix avec grande distinction.
Il s’est ensuite perfectionné auprès de Jonathan Harvey, Luca Francesconi, Tristan Murail, et Julian Anderson.
Depuis 1996, les œuvres qu’on lui commande sont jouées et diffusées au Canada et à l’étranger par des formations aussi reconnues que le Nouvel Ensemble Moderne, l’Ensemble Contemporain de Montréal, la SMCQ, l’Orchestre Métropolitain, le Trio Fibonacci, le Toronto New Music Concerts, l’ensemble Continuum et l’Esprit orchestra, l’Ensemble de nouvelle musique Kiev, le Pittsburg NME, le Netherlands Radio Kammerorchestre et le Klangforum Wien, pour n’en nommer que quelques-uns.
Certaines de ses œuvres sont disponibles sur les étiquettes ATMA, AMBEROLLA, AUDIOGRAM et SRC-CBC.
Depuis 2008, il est professeur de composition musicale et de musique de chambre contemporaine au Conservatoire de Musique de Québec.
En août 2007, on a pu le voir aux côtés du chef Yannick Nézèt-Séguin et du chanteur Pierre Lapointe en tant que co-orchestrateur d’une version symphonique de La forêt de mal-aimés aux Francofolies de Montréal. Ce projet, unanimement salué par la critique, a attiré plus de 100 000 personnes dans les rues de Montréal et fait l’objet de diffusions télévisuelles et radiophoniques. Félix du spectacle de l’année 2007, une version a été gravée sur disque (Audiogram).

2010-11 Il co-écrit la musique du Conte Crépusculaire, dernière création du chanteur Pierre Lapointe et du plasticien David Altmejd. Galerie d’Art Contemporain de l’UQAM.

2012 : Création pour orchestre de chambre et film avec l'artiste visuel Pascal Grandmaison.
(Ensemble Spectra à -Gand Belgique- )

2012-13 Création d'un nouveau quatuor à cordes pour le Quatuor Molinari. Ainsi qu'un cycle de miniatures pour soprano et théorbe.

Specialités

Composition musicale, écriture, communicateur, enseignement, organisation et production d'évènements, relation média, critique et rédaction, programmation internet et médias sociaux.

Artistes du deuxième concert : 26 février 2012

 LYDIA JARDON, pianiste

Fascinée par l’île d’Ouessant (Finistère), elle y organise depuis 1998 une Académie d’été destinée aux professionnels et aux grands amateurs.

« C’est un lieu magique, d’une beauté sauvage, propice au recueillement, au travail et à l’ascèse. L’endroit idéal pour réunir pendant une semaine des musiciens confirmés et soucieux de se perfectionner ».

Depuis août 2001, Lydia Jardon assure la direction artistique du festival aussi exotique qu’original qu’elle a créé : Musiciennes à Ouessant, île dont l’appellation légendaire est « l’île aux femmes ». Elle y conçoit une programmation originale incluant des partitions oubliées de compositrices injustement reléguées aux oubliettes de l’histoire : Fanny Mendelssohn, Alma Mahler, Hélène de Montgeroult, Mel Bonis, Clara Schumann, Marie Jaëll, Rebecca Clarke, Louise Farrenc, Cécile Chaminade.

Dans le sillage iodé de ce festival, elle crée fin 2001 le premier label discographique féminin AR RÉ-SÉ, « celles-là » en breton, structure indépendante avec laquelle elle exhume des partitions méconnues de grands maîtres appartenant au patrimoine universel : Koechlin, Medtner, Lekeu, Magnard… mettant un point d’honneur à les confier à des interprètes féminines d’excellence qui débutent souvent leur carrière. Elle a d’ores et déjà produit les quatuors Psophos, Ardeo, Antigone, la cantatrice Norah Amsellem, les pianistes Dana Ciocarlie, Elena Filonova, Sarah Lavaud, les violonistes Irina Muresanu, Mireille Jardon, la compositrice Florentine Mulsant.

Lydia Jardon est régulièrement invitée par les radios et télévisions françaises. France 3 a diffusé en juin 2007 et avril 2009 un documentaire de 52 minutes tourné lors de l’édition 2006 de son festival. TF1 en 2006 puis en 2008, Soir 3 le 27 septembre 2009 rendent hommage à son travail au cours de leurs journaux télévisés. 

 MARIE-GINETTE GUAY, comédiennne-récitante

Issue du Conservatoire d’Art dramatique de Québec (promotion 1980), elle a joué dans plus de 85 rôles à la scène allant de Michel Tremblay à Molière en passant par Michel-Marc Bouchard, Serge Boucher, Isabelle Hubert et plusieurs autres. On peut aussi la voir et l’entendre sur divers médias (différentes chaines télé, cinéma, radio, web). À la télévision, on peut la voir entre autres dans Yamaska à TVA et dans Chabotte et fille à Télé-Québec. On pourra la voir prochainement au grand écran, où elle incarne la mère de Jack Kerouac dans le film On the road, une réalisation de Walter Salles,

Marie-Ginette Guay a été mise en nomination à plusieurs reprises lors des Prix de la culture de Québec et du Gala des Masques. Ses interprétations au théâtre lui ont valu le Prix Jeannine-Angers à 2 reprises en 1994 et en 2007. Elle a aussi reçu le Prix de la critique en 1997. Elle a été mise en nomination aux Prix Génie 2007 pour son rôle de Lucette dans Continental un film sans fusil et elle a obtenu un Gémeaux en 2010 pour son rôle de Micheline Gagnon-Dubreuil dans la série Aveux. Elle est aussi lauréate au Gala Femmes de mérite 2011 de la YWCA, dans la catégorie culture.

En plus de ses activités d’interprète et de metteure en scène, elle a assumé un rôle de gestionnaire en occupant le poste de direction artistique et de co-directrice générale au Théâtre Périscope de novembre 2003 à août 2011. Elle enseigne la diction au Conservatoire de Musique de Québec et au Conservatoire d’Art dramatique de Québec. Elle s’est toujours impliquée bénévolement dans la vie théâtrale de Québec. Elle participe à différents comités travaillant au mieux-être de la communauté théâtrale et à son avancement. Elle s’implique aussi dans la promotion des auteurs d’ici par l’organisation de différents évènements. Elle est porte-parole pour F.L.A.M. organisme de soutien aux grands brûlés.

 

Artistes du troisième concert : 22 avril 2012

NICOLE TROTIER, violoniste                            

Originaire de Québec, Nicole Trotier a fait ses études au Conservatoire de musique de Québec  où elle a obtenu, en 1984, des prix de violon et de musique de chambre. De 1979 à 1981, elle participe aux stages d'été du Meadowmount School of Music avec Sally Thomas, Joseph Gingold et Earl Carlyss. En 1982, elle se rend à Toulouse pour travailler avec Calvin Sieb. La même année elle est finaliste au concours "Jeunes Virtuoses" de la télévision de Radio-Canada.

Membre de l'Orchestre Symphonique de Québec  de 1984 à 1992, elle se joint, également en 1984, à l'Ensemble Nouvelle France et se passionne pour le violon baroque. C'est ainsi qu'en 1986, elle obtient une bourse du Conseil des Arts du Canada qui lui permet de se rendre à Londres et à Innsbruck pour étudier cet instrument auprès de Ingrid Seifert. Depuis, elle a eu l'occasion de se produire au sein de plusieurs ensembles québécois et canadiens, notamment  Arion,  Le Studio de Musique Ancienne, Les Idées Heureuses, Les Boréades et Tafelmusik.

Toujours en 1984, elle fonde avec d'autres jeunes musiciens professionnels l'ensemble Les Violons du Roy, dont elle devient le violon-solo. Elle s'y produit aussi régulièrement comme soliste. Nicole Trotier a été de toutes les éditions du Rendez-vous Musical de Laterrière, notamment au sein du Quatuor Québec et de la Bande Baroque dont elle a été membre-fondateur.

NATHALIE TREMBLAY, pianiste

Nathalie Tremblay est reconnue comme l’une des pianistes les plus importantes de sa génération. Une artiste originale dotée d’un remarquable touché, « mâtiné d’un instinct dramatique d’une lumineuse efficacité ». Que ce soit comme soliste ou comme chambriste, elle met sa maîtrise sonore au service d’un répertoire allant de l’époque baroque à nos jours

Née à Chicoutimi, Nathalie Tremblay a débuté le piano à l’âge de quatre ans. Titulaire d’un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de musique de Québec, elle s’est perfectionnée,  parallèlement à sa formation au conservatoire, auprès des grands maîtres Monique Deschaussée, Claude Helffer et Jacynthe Couture. Elle s’est ensuite perfectionnée auprès d’André Laplante à NewYork, Ricardo Brengola en Italie et Jean Saulnier à Montréal.

En 1995, elle a participé aux travaux dirigés par le compositeur Franco Donatoni, à Rome et avec Yannick Plamondon en 1997, à Québec. À l’automne 2010, elle était invitée à assister aux ateliers donnés par le pianiste-compositeur Michael Lévinas à Paris.

Nathalie Tremblay est lauréate du Concours de l’Orchestre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Comme soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre du Saguebay-Lac-St-Jean, l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. On a pu l’entendre également en Suisse, en France où elle a interprété notamment Les Variations Goldberg, en Tunisie, au prestigieux festival L’Octobre musical à l’Acropole de Carthage, ainsi qu’au Liban, en Syrie et au Canada.

On a pu également l’entendre à plusieurs reprises sur les ondes de la Radio de Radio-Canada.

Au printemps 2011, dans un concert donné en Auvergne elle interprétait un florilège de Préludes et fugues de J. S. Bach et Chostakovitch.

Nathalie Tremblay a été plusieurs fois boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada.

Elle est directrice musicale des Concerts Couperin.